Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Energie : Le Burkina Faso bénéficie d’une cagnotte de 5,4 milliards de FCFA pour le financement additionnel du projet Yeleen

Le ministre de l’économie, des finances et du développement, Lassané Kaboré a présidé la cérémonie de signature pour le financement additionnel du projet Yeleen, le 22 février 2021. D’un montant de 5,4 milliards de FCFA, ce financement est assuré par l’Agence Française de Développement(AFD).

Le programme Yeleen vise à terme la construction de quatre centrales photovoltaïques et d’un dispositif de stockage d’énergie solaire, la densification du réseau électrique et le développement de solutions solaires dans les communes rurales non desservies par la SONABEL.

Le coût total du projet YELEEN se chiffre à environ 92 milliards de F CFA, à travers la présente convention. Il vient ainsi clôturer le tour de table d’un des projets phares du ministère des mines et des carrières et dont les réalisations sont attendues par les populations du Burkina Faso. Selon le ministre en charge de l’énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo « ce financement vise également à contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois, principalement en faveur des populations les plus fragiles et en milieu rural ».

Le projet Yeleen comporte trois composantes essentielles financées par l’Agence Française de Développement, la Banque Africaine de Développement, l’Union européenne, l’Etat du Burkina Faso et la SONABEL.

La composante 1 est dédiée au développement de centrales photovoltaïques raccordées au réseau national pour un total de 51 MWc. Il s’agit de 42 MWc avec 10MW/8 MWh de stockage sur un site situé au nord-ouest de Ouagadougou (Gonsin), assorti d’une ligne électrique en haute tension (HT) 90 kV de connexion au réseau électrique interconnecté ; et 9 MWc de petites centrales réparties sur 3 sites dont Dori, Diapaga et Gaoua.

La composante 2 va contribuer au renforcement du système électrique (développement du réseau de distribution).

La composante 3, prend en charge l’électrification rurale (mini-réseaux hors-réseau et systèmes solaires individuels pay-as-you-go).

L’importance stratégique de ces infrastructures n’est plus à démontrer, à entendre le ministre en charge de l’énergie Bachir Ismaël Ouédraogo, au regard de la nouvelle orientation de la politique énergétique du Burkina Faso. Et ‘d’ajouter « Cette vision nouvelle, inspirée du PNDES, veut rendre l’énergie électrique disponible et accessible au plus grand nombre de citoyens Burkinabè. Pour atteindre cet objectif ambitieux, le Ministère de l’énergie, des Mines et des Carrières mise sur le renforcement du mix énergétique, la promotion de l’efficacité énergétique avec une option résolue pour les énergies renouvelables ».

 

Juste Bancé (Collaborateur)

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles