Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Zones frontalières Nord du Burkina: Une offensive de développement de près de 20 milliards FCFA lancée

Le gouvernement du Burkina Faso, en collaboration avec ses partenaires que sont l’Union européenne (UE) et la République fédérale d’Allemagne, viennent de lancer un offensive dénommée Projet de gestion intégrée des espaces frontaliers du Burkina (ProGEF). Le projet va coûter près de 20 milliards de francs CFA.
Le Projet de gestion intégrée des espaces frontaliers du Burkina (ProGEF) vient d’être lancé. La cérémonie de lancement du projet intervenue le jeudi 29 juin dans l’après-midi, a été également marquée par la signature de trois conventions. Il s’agit de d’abord de l’accord d’entente spécifique entre l’Union Européenne et le ministère de l’Administration territoriale et la Décentralisation (MATD). Le 2e accord concerne le MATD et la GIZ, tandis que le 3e est un protocole pour la remise de deux véhicules 4X4 pour le Secrétariat Permanent de la Commission nationale des Frontières (SP/CNF).
Zones-frontalières
De façon concrète, le projet vise à promouvoir la collaboration transfrontalière avec le Mali et le Niger, tout en mettant la protection des droits humains et des standards démocratiques au premier plan.
Il s’agit de former des représentants du gouvernement et des Forces de sécurité pour leur permettre de mettre en œuvre la stratégie de gestion des espaces frontaliers de manière sensible aux conflits.
Des structures seront créés afin d’améliorer les conditions de vie des populations et prévenir ainsi leur radicalisation.
Approvisionnement en eau, en soins de santé, lutte contre la corruption, formation et création de postes frontaliers en vue d’améliorer le contrôle et la sécurité de la frontière sont des actions prévues dans le cadre ce projet.
Le budget total du ProGEF s’élève à 30 millions d’euros soit environ 20 milliards de F CFA dont une contribution de l’UE de 25 millions d’euros (plus de 16 milliards F CFA) et 5 millions d’euros (plus de 3,2 milliards FCFA) venant directement de l’Allemagne.
Le projet sera mis en œuvre par la coopération allemande à travers la GIZ, pour une durée de quatre ans.
Pour une mise en œuvre opérationnelle sur le terrain, un comité de pilotage sera mis en place et la contribution des acteurs est sollicitée pour son déroulement efficace.
De l’avis du ministre burkinabè de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Siméon Sawadogo, la mise en œuvre de ce projet est un impératif au regard de la situation sécuritaire des frontières.
Il a précisé que cette initiative, prévue pour durer quatre ans, vient en appui au programme d’urgence pour le Sahel, qui vient d’être adopté par le gouvernement burkinabè.
Le Burkina Faso, situé au milieu du Sahel avec six pays limitrophes et une frontière qui s’étend sur 3.615 Km, est particulièrement vulnérable à aux menaces terroristes.
Alfred KANON
ecodufaso.com / ecodafrik.com
Légendes :
1-    Le projet vise à sécuriser davantage la frontière Nord du Burkina Faso
 
2-    Les différentes parties lors de la signature de conventions
 
 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles