Connecte-toi avec nous

Non classé

   |

Wall Street : hésitation après les sommets, en attendant Cisco…

Wall Street s’affiche en ordre dispersé ce mercredi soir à deux heures de la clôture, temporisant après les nouveaux sommets historiques de la veille inscrits par les indices S&P500 et Dow Jones. Les financières sont sous surveillance, six établissements, dont Citigroup, Bank of America et JP Morgan Chase, ayant écopé de 4,3 Mds$ d’amendes cumulées par les régulateurs américains, britanniques et suisses pour manipulation du marché des changes… A noter que les résultats trimestriels de Cisco seront publiés ce soir, après la clôture. Le DJIA perd actuellement 0,03% à 17.609 pts, le Nasdaq gagne 0,19% à 4.669 pts, et le S&P500 régresse de 0,08% à 2.038 pts.

D’après le rapport gouvernemental du jour aux Etats-Unis, les stocks de grossistes pour le mois de septembre 2014 ont augmenté de 0,3% par rapport au mois antérieur, contre +0,2% de consensus et +0,7% un mois avant.

L’indice des anticipations d’inflation de la Fed d’Atlanta est ressorti à +2% en novembre. Il s’agit d’une mesure mensuelle prévisionnelle de l’inflation pour l’année à venir, selon le point de vue des entreprises.

VALEURS DU JOUR

Yahoo (+3%), le portail Internet californien, poursuit ses emplettes, avec le rachat du spécialiste de la publicité en vidéo Brightroll. Une opération à environ 640 millions de dollars en cash (513 millions d’euros) qui lui permettra de renforcer son offre de services aux annonceurs. L’intégration de cette société rentable qui devrait réaliser plus de 100 millions de dollars de chiffre d’affaires cette année, fera de la plate-forme de publicité vidéo de Yahoo la première des Etats-Unis, a précisé le groupe dans un communiqué. Cette acquisition s’inscrit dans le cadre de la stratégie de croissance externe de la directrice générale du groupe américain, Marissa Mayer, grâce à laquelle elle espère compenser la baisse des tarifs de la publicité en ligne et le ralentissement de la croissance de Yahoo. La dirigeante a cherché ces derniers mois à privilégier une croissance externe par le biais d’acquisitions qui tardent encore à produire leurs effets sur les bénéfices et le chiffre d’affaires de Yahoo!. Elle s’est attirée au passage les critiques de plusieurs actionnaires, et notamment du fonds Starboard Value, qui réclame un changement de cap.

AOL (+2%). Au moins deux des dix principaux actionnaires du portail Internet californien Yahoo, déçus par la performance du groupe et les efforts de redressement de la dirigeante Marissa Mayer, auraient demandé au patron d’AOL, Tim Armstrong, d’étudier une fusion avec Yahoo!. Selon les sources de l’agence Reuters ce jour, Tim Armstrong ne semblerait d’ailleurs pas hostile à cette initiative, reconnaissant les mérites potentiels d’un rapprochement avec Yahoo!. Ainsi, le dirigeant d’AOL se serait montré relativement réceptif, face aux actionnaires déçus de Yahoo!. Il n’y a cependant pas actuellement de discussions entre les deux groupes. De plus, Armstrong aurait indiqué qu’il ne considèrerait qu’une opération amicale. Les actionnaires en question de Yahoo! désireraient, dans l’hypothèse d’un mariage ultérieur, qu’Armstrong dirige la nouvelle entité. Deux actionnaires de Yahoo! auraient discuté avec Armstrong et auraient déduit de la rencontre qu’un rapprochement pourrait générer 1,5 milliard de dollars d’économies. Starboard Value, le hedge fund activiste, pourrait être à l’origine de cette réaction de certains actionnaires de Yahoo!. En effet, Starboard aurait mené campagne en faveur d’un ‘deal’ avec AOL et d’un « déblocage » de valeur, du côté de Yahoo!, par une monétisation des actifs asiatiques (en particulier les parts d’Alibaba et de Yahoo Japan).

BB&T (-2%), la firme financière américaine, annonce le rachat programmé de Susquehanna Bancshares (+32% !) dans le cadre d’une opération en actions et en numéraire. Le montant de la transaction est fixé à environ 2,5 milliards de dollars. BB&T rappelle que Susquehanna fait partie des 50 plus grandes banques des Etats-Unis, avec 18,6 Mds$ d’actifs et 13,6 Mds$ de dépôts, ainsi que 245 agences en Pennsylvanie, dans le Maryland, dans le New Jersey et dans la Virginie-Occidentale. D’après les termes de l’opération, qui valorise Susquehanna à 13,5$ par action (contre une clôture mardi soir à 9,9$), les actionnaires de Susquehanna vont recevoir 0,253 action BB&T et 4,05$ en cash pour chaque titre Susquehanna détenu. La transaction, qui a déjà été validée par les conseils d’administration des deux Groupes, doit encore recevoir l’approbation des autorité de la concurrence ainsi que des actionnaires de Susquehanna.

Rockwell Automation (+1%) a annoncé pour son quatrième trimestre fiscal, clos fin septembre 2014, un bénéfice net de 249 M$ soit 1,79$ par titre, contre 215 M$ et 1,53$ par action un an plus tôt. Le concepteur de systèmes automatisés pour entreprises a dégagé un bpa ajusté de 1,86$ sur la période, alors que les revenus ont progressé de 4% à 1,78 Md$. Le consensus était de 1,82$ de bpa et 1,8 Md$ de chiffre d’affaires.

Dow Chemical (stable), le géant américain de la chimie, annonce une hausse de 14% de son dividende trimestriel. Le dividende du quatrième trimestre est ainsi fixé à 0,42$. Il sera versé le 30 janvier aux actionnaires enregistrés le 31 décembre. Le dividende annuel ressort à 1,68$ par action. Le Groupe annonce par ailleurs un renforcement de son programme de rachats d’actions à hauteur de 5 Mds$.

Macy’s (+5%), la chaîne de magasins américaine basée à New York, annonce ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices ressortent à 217 M$, contre 177 M$ sur la même période de l’exercice précédent. Le bénéfice par action grimpe à 0,61$, contre 0,47$ un an avant. Les ventes s’élèvent à 6,195 Mds$, en baisse de 1,3%. A magasins comparables, les ventes reculent de 0,7%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,50$, pour des revenus de 6,3 Mds$, et une croissance des ventes à magasins comparables de 1,3%. Sur 2014, le groupe vise désormais un bpa compris entre 4,25 et 4,35$, contre une précédente fourchette de 4,40/4,50$. Les ventes sont de leur côté attendues en croissance de 1,2 à 1,5%, contre une précédente fourchette de 2/2,5%.

J.M. Smucker (-4%). L’acteur alimentaire américain a revu à la baisse ses objectifs en se basant notamment sur des ventes décevantes dans sa branche « café ». Sur le second trimestre fiscal 2015 clos fin octobre, le Groupe annonce avoir enregistré un bénéfice par action d’environ 1,53$, contre 1,66$ de consensus. Le revenus sont en baisse d’environ 5% à 1,48 Md$, contre 1,6 Md$ de consensus. Sur l’exercice fiscal 2015, J.M. Smucker vise désormais un bpa compris entre 5,45 et 5,65$ (contre une précédente fourchette de 5,95/6,05$), pour des ventes en baisse de 1%.

fortuneo.fr

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles