Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Walib BARA : Un jeune DG aux grandes ambitions pour le BBDA

Walib BARA est une figure de proue du landerneau artistique et culturel au Burkina Faso. Directeur Général du Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA) depuis juin 2016, ce jeune dynamique et enthousiaste nourrit de grandes ambitions pour sa structure et pour l’ensemble de la corporation des artistes dont l’épanouissement demeure son cheval de bataille. Pour lui, le droit d’auteur doit faire vivre l’artiste. Il s’évertue résolument à faire en sorte qu’il en soit ainsi depuis qu’il préside aux destinées du BBDA.
Titulaire d’une licence en sociologie et d’une maitrise en Arts, Gestion et Administration culturelle.
Directeur Général du Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA) depuis juin 2016, Walib BARA a plusieurs cordes à son arc. Homme de culture, manager, producteur, éditeur, il exerce aussi comme consultant indépendant et formateur en administration et gestion culturelle. Il a à son actif une riche carrière de plus de 10 ans dans les domaines de la gestion artistique, des droits d’auteurs, du positionnement et du marketing, de l’évènementiel,…Plusieurs artistes comme Smockey, Sissao, Bonsa, le groupe Yeleen, Wed Yack,… ont bénéficié de son expertise en terme de management. Il a également fait ses preuves comme chargé de production de deux événements culturels majeurs au Burkina Faso : le festival International des cultures urbaines Ouaga hip-hop et le Salon de la musique africaine.
Walib BARA a gravi de nombreux échelons dans le milieu artistique et culturel. Entre 2005 et 2015, son parcours est édifiant. Il est en effet tour à tour Administrateur du label « WAGA N’DJAM », Vice-président de l’AMPM (Association des Managers Professionnels de Musique), Président de Burkina Music Export (Organe facilitateur de l’export de la musique Burkinabé). A ces fonctions, il faut ajouter celles de membre du comité de suivi de gestion du Fonds de la Promotion Culturelle du BBDA, de professeur vacataire du Supérieur, de Secrétaire General de la Confédération Nationale de la Culture du Burkina-Faso. En 2012, il est distingué aux journées de l’entreprenariat burkinabè (JEB) en recevant le 1er prix lors de la compétition des plans d’affaires.
Avant d’atterrir au BBDA en 2016 comme DG, il officiait au sein de sa propre boîte « Vision Parfaite ». Cette structure qu’il a crée en 2010 est spécialisée dans la gestion de carrières artistiques, l’édition, la production phonographique et la communication évènementielle. Depuis 2013, il est chevalier de l’ordre du mérite des arts et de la communication avec agrafe « Musique et danse ». Walib BARA est aussi l’auteur de l’ouvrage « Management des artistes-musiciens au Burkina Faso : Amateurisme, conflits d’intérêts et défis de professionnalisation » publié aux Editions Le GERSTIC. En attendant son deuxième ouvrage à paraître bientôt, il anime de nombreuses communications au Burkina Faso et ailleurs dans le monde sur la culture, les arts, le management,…
Une nouvelle dynamique au BBDA
Dès qu’il est nommé à la tête du BBDA le 29 juin 2016, l’une de ses premières priorités consiste à redorer le blason de l’institution qui sortait d’une crise. Après l’audit organisationnel et financier, il réfléchit à une nouvelle vision dans laquelle le droit d’auteur apparaît comme un outil de gestion du risque. Il est convaincu que « le droit d’auteur est un levier de croissance économique ». Il faut donc, selon lui, œuvrer à « la sécurisation du droit d’auteur pour encourager l’investissement dans le secteur ». Le mode opératoire consistera à prospecter de nouvelles niches de recouvrement favorisées par le numérique, le boom minier,… afin d’accroître le volume des recettes.
Dans cette dynamique et afin de contribuer à une meilleure compréhension du droit d’auteur, Walib BARA et ses collaborateurs initient la Rentrée du Droit d’Auteur (RDA) dont la première édition se déroule du 21 au 23 septembre 2016. Elle est ponctuée de conférences, d’activités sportives et surtout de l’organisation de la nuit du droit d’auteur qui permet de mobiliser 18 millions de FCFA pour alimenter le fonds AMA « Appui aux membres anciens ». Pour l’épanouissement des artistes, le BBDA consolide également ses relations avec certaines institutions telles que l’Assemblée Nationale (pour une relecture de la loi 032 portant droit d’auteurs), la Douane, Coris Bank International,… Avec Coris Bank International, un projet est en cours pour assurer la prévoyance sociale aux créateurs.
Le jeune DG reste déterminé pour la réussite de sa mission.

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles