Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Véhicules (taxis) à gaz : La répression a démarré (ministre)

Le ministre en charge des Transports, Souleymane Soulama a annoncé que la répression des utilisateurs de véhicules, notamment, des taxis à gaz, a commencé. La question est revenue lors du point de presse du gouvernement, tenu le jeudi 2 février 2017 à Ouagadougou.
 

SUR LE MEME SUJET...
Désormais, les policiers ont ordre de saisir les taxis et tout véhicule utilisant le gaz butane comme combustible, sur le sol burkinabè. L’information est du ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Souleymane Soulama. Il s’est exprimé sur le sujet, lors d’un point de presse, 2 février 2017 à Ouagadougou. Le ministre a rappelé que la répression intervient après l’expiration des différents sursis accordés aux conducteurs. « Les services de police ont l’instruction de saisir les véhicules munis de bonbonnes de gaz au cours de leur contrôle», a martelé Souleymane Soulama.
C’est en principe le 30 octobre 2016, que les chauffeurs utilisant le gaz butane comme carburant dans leurs véhicules devraient mettre fin à cette pratique. La décision a été prise, courant février 2016, par le gouvernement qui dit vouloir mettre fin à «une pratique anormales aux conséquences multiples». Cette mesure qui devait entrer immédiatement en vigueur, a été reportée à huit mois plus tard, suite à une négociation avec les responsables des syndicats de taximen. Certains des responsables syndicaux des taximen avaient plaidé pour l’obtention d’un soutien financier pour la réadaptation des moteurs afin d’utiliser l’essence ou le gasoil. Doléance à laquelle l’Etat n’a visiblement pas accédé.
Au cours du même point de presse du jeudi 2 février 2017, le ministère en charge des transports et de la mobilité urbaine, a annoncé que la question des limiteurs de vitesse est à l’ordre du jour. «Actuellement, l’accent est mis sur l’installation du limiteur de vitesse pour les cars de transport de personnes ou de voyageurs», a-t-il expliqué, avant d’ajouter qu’un dispositif de surveillance par contrôle radar sur les grands axes est déjà actif.
Ces limiteurs de vitesse est une mesure prise par le gouvernement, toujours courant 2016, afin de réduire considérablement, le nombre d’accidents mortels dû à la vitesse.

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com 

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles