Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Valorisation et commercialisation des produits agro-sylvo-pastoraux au Burkina

La Suisse accorde un financement de 5,120 milliards de F CFA

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané KABORE,  et la Directrice du Bureau de coopération de l’Ambassade de Suisse au Burkina Faso, Elisabeth Pitteloud ALANSAR, ont procédé le vendredi 21 février 2020 à Ouagadougou, à la signature d’un accord de financement d’un montant total de 5,120 milliards de FCFA.

Pour la Directrice du Bureau de coopération de l’Ambassade de Suisse au Burkina Faso, ces ressources serviront à faciliter l’émergence d’un écosystème de prestataires de services d’appui aux entreprises agricoles et l’éclosion de la finance inclusive en faveur de l’entreprenariat agricole des jeunes et des femmes. A l’entendre,  son pays, qui a longtemps soutenu le secteur de la production agro-sylvo-pastoral, s’est maintenant inscrit dans les maillons de la chaîne qui concernent la valorisation et la commercialisation des produits, à travers le développement d’entreprises rurales pour les femmes et les jeunes.

Selon le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, cet accord de financement concerne la 1ère phase du Programme d’appui à la promotion de l’entrepreneuriat agricole (PAPEA) qui couvre la période de 2019-2023. Ce programme vise directement la dynamisation du secteur secondaire (transformation/conservation) et les investissements du secteur privé pourvoyeur d’emplois et de revenus pour les populations, en particulier les jeunes en milieu rural et péri-urbain. Sa durée totale est de 12 ans séquencée sur 3 phases de 4 ans chacune avec un budget global d’environ 17 milliards de F CFA.

Cette 1ère phase du PAPEA, a fait savoir le ministre KABORE, sera mise en œuvre dans trois régions du Burkina Faso à savoir le Nord, le Centre-Ouest et les Hauts-Bassins ainsi que dans les zones périurbaines de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, avec une contribution de la Suisse à hauteur de 9 millions de francs suisses soit 5,04 milliards de F CFA.

Pour le Conseiller technique du Ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydroagricoles, Antoine COMPOAORE, ce financement vient à point nommé, car il permettra de bonifier des activités au sein du département de l’Agricultures et des Aménagements hydroagricoles qui s’emploie à développer des mécanismes qui permettront aux jeunes, qui ont tendance à se tourner vers d’autres horizons, à retourner à la terre.

DCPM/ MINEFID

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles