Connecte-toi avec nous

Finances

   |

UMOA : Situation de la microfinance en septembre 2018

La direction générale de la stabilité et de l’inclusion financières de la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest) a fait etat de la situation du secteur de la microfinance dans l’UMOA (Union Monétaire Ouest Africaine) au 30 septembre 2018.

593, c’est le nombre de systèmes financiers décentralisés (SFD) évalué, en fin septembre 2018 dans l’UMOA.  L’accès des populations aux services financiers fournis par les institutions de microfinance s’est accru de 9,1% en glissement annuel, avec un nombre de bénéficiaires de ces services qui est ressorti à 15.330.3792 sur la période contre 14.050.453 un an plus tôt. Le nombre de points de service est évalué à 5.062, soit une progression de 2,7% par rapport à fin septembre 2017.

L’examen des indicateurs d’intermédiation des SFD de l’Union laisse apparaître une évolution relativement propice à l’inclusion financière.  Nonobstant un taux brut de dégradation du portefeuille qui est inscrit en hausse, ressortant à 8,9% contre 6,5% à fin septembre 2017, pour une norme généralement admise de 3% dans le secteur.

Sur la période sous revue, le montant des dépôts collectés s’est fixé à 1.335,5 milliards de F CFA contre 1.224,5 milliards de FCFA une année plus tôt, soit une augmentation de 9,1%. Une hausse qui est enregistrée en Côte d’Ivoire (+16,2%), au Togo (+14,5%), au Mali (+10,3%), au Burkina (+6,8%), au Sénégal (+6,6%) et au Niger (+2,8%).

Cependant, une baisse a été observée en Guinée-Bissau (-37,0%) et au Bénin (-4,1%). Le montant moyen des dépôts, par client, s’est établi à 87.118 F CFA à fin septembre 2018 contre 87.149 F CFA à fin septembre 2017.

Pour l’ensemble des SFD de l’UMOA, l’épargne recueillie représente 5,8% de l’ensemble des dépôts détenus par les établissements de crédit de l’Union contre 6,9% un an plus tôt.

S’agissant de l’encours des crédits des SFD de l’Union, il s’est accru de 9,6% par rapport à son niveau à fin septembre 2017, pour ressortir à 1.337,4 milliards de FCFA. Cette augmentation a été relevée au Togo (+14,8%), en Côte d’Ivoire (+13,6%), au Mali (+9,9%), au Bénin (+8,2%), au Burkina (+7,7%), au Sénégal (+6,6%) et au Niger (+0,7%). En revanche, la Guinée-Bissau a enregistré une régression de l’ordre de 21,4%.

S’agissant de l’encours des crédits des SFD de l’Union, il s’est accru de 9,6% par rapport à son niveau à fin septembre 2017, pour ressortir à 1.337,4 milliards de FCFA. Cette augmentation a été relevée au Togo (+14,8%), en Côte d’Ivoire (+13,6%), au Mali (+9,9%), au Bénin (+8,2%), au Burkina (+7,7%), au Sénégal (+6,6%) et au Niger (+0,7%). En revanche, la Guinée-Bissau a enregistré une régression de l’ordre de 21,4%.

L’encours moyen des financements par bénéficiaire a augmenté, en ressortant à 87.236 FCFA à fin septembre 2018 contre 86.836 FCFA une année auparavant. Pour l’ensemble du secteur, l’encours des crédits représente 7,0% des créances consenties par les établissements de crédit de l’Union contre 7,4% à fin septembre 2017.

Concernant les SFD en difficulté, à fin septembre 2018, neuf institutions de microfinance étaient sous administration provisoire dont deux au Bénin, deux au Niger, deux au Togo, une en Côte d’Ivoire, une au Mali et une au Sénégal.

Pour l’ensemble du secteur, l’encours des crédits représente 7,0% des créances consenties par les établissements de crédit de l’Union comparativement à 7,4% à fin septembre 2017.

Le système financier décentralisé est une institution dont l’objet principal est d’offrir des services financiers à des personnes qui n’ont généralement pas accès aux opérations des banques et établissements financiers tels que définis par la loi portant réglementation bancaire et habilitée aux termes de la loi portant réglementation des SFD à fournir ces prestations.

Hervé Kakou (Collaborateur)

Ecodafaso.com /Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
 

 

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles