Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Transport aérien: Le Burkina en retard dans la certification des aéroports

Le Burkina Faso est quelque peu en retard dans la mise en œuvre des exigences, en vue de bénéficier de la certification dans le domaine du transport aérien international. Reçu en audience par le Premier ministre (PM), Paul Kaba Thiéba, ce jeudi 26 avril 2018 à Ouagadougou, le directeur régional de l’Organisation de l’avion civile internationale(OACI), zone Afrique de l’ouest et du centre, Mam Sait Jallow a évoqué le sujet.

 Le Burkina Faso n’est totalement en règle conformément aux normes de l’Organisation de l’avion civile internationale(OACI). En effet, le pays fait partie des Etats  en retard pour bénéficier  du  projet de certification  des aéroports internationaux.   L’information a été donnée, hier jeudi 26 avril 2018, à l’issue d’une audience accordée par le chef du gouvernement burkinabè Paul Kaba Thiéba, à une délégation de l’OACI. La mission a été conduite par le directeur régional zone Afrique de l’ouest et du centre de l’institution, Mam Sait Jallow en visite à Ouagadougou.

«Nous sommes  là  aujourd’hui  pour voir quelles sont les contraintes et les difficultés  et  pour trouver des solutions», a déclaré Mam Sait Jallow, par ailleurs, directeur régional de l’OACI, zone Afrique de l’ouest et du centre. A  l’en croire, le projet  qui a commencé depuis  2016  et  devait se  terminer  en juillet  2017, a consisté  à renforcer  l’aspect de supervision  au niveau de l’aviation civile et aussi les aspects opérationnels au niveau de l’aéroport.

M. Jallow a cependant  salué le Burkina Faso pour les  résultats positifs  suite  à  l’audit mené par l’OACI en octobre 2017. «Le Burkina a reçu de cet audit  un certificat de reconnaissance  du président du Conseil de l’OACI  et je suis là pour féliciter  le gouvernement burkinabè», a-t-il  indiqué. Le directeur régional de l’OACI a également félicité le gouvernement  pour cette «vision ambitieuse» qu’est  le projet  de construction de l’aéroport de Donsin qu’il affirme avoir visité.

Et de renseigner que «dans  beaucoup de pays  africain il y a un manque d’infrastructures» pour l’aviation  alors qu’en matière  de développement économique le transport aérien est un  moteur. «C’est prévu que  d’ici à 2030  le trafic aérien au niveau mondial va doubler  mais  la question  qui se pose est de savoir si nos pays sont prêts pour accueillir  ce trafic et bénéficier économiquement parce qu’il faut les infrastructures  et les autres aspects  nécessaires», a-t-il expliqué.

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) est une structure qui dépend des Nations unies. Elle a été créée le 4 avril 1947 et son siège se trouve à Montréal au Canada. Son rôle est de participer à l’élaboration des normes qui permettent la standardisation du transport aéronautique international.

Alfred KANON

ecodufaso.com/ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles