Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Transition : Replacer les jeunes au cœur du développement du Burkina

Les assises nationales de la jeunesse se sont déroulées du 18 au 19 juin 2015 à Gaoua, chef-lieu de la région du Sud-Ouest. Le 19 juin, le chef de l’Etat Michel Kafando a eu un échange direct avec les jeunes. Au centre des préoccupations, la création d’emploi pour cette frange importante de la population burkinabè.

Les assises nationales de la jeunesse se sont déroulées dans un contexte favorable aux jeunes. En effet, en sa séance du 18 juin, le conseil des ministres a adopté un certain nombre de mesures en faveur des jeunes. Au nombre de ces mesures, figure le recrutement d’un contingent de cinq mille (5 000) jeunes pour une formation civique et militaire initiale. Ce recrutement concerne les jeunes burkinabè âgés de 18 à 30 ans, pour une période de 45 jours, dans les centres de formation et de production du Service national pour le développement (SND) et dans certaines garnisons militaires. Les jeunes salariés du public et du privé peuvent également participer à cette formation qui équivaut à l’accomplissement des 12 mois du SND. A travers cette décision, le gouvernement entent renforcer les valeurs morales, l’esprit civique et militaire ainsi que la fibre patriotique chez les jeunes. Une autre mesure est relative à la revalorisation des pécules des appelés salariés.
Cette revalorisation vise le remplacement du pécule de quarante mille (40 000) francs CFA actuellement servi, par un pécule équivalant au 2/3 du salaire de l’appelé du SND.

Des réponses concrètes aux préoccupations des jeunes

Le 19 juin 2015, face aux jeunes, le Président du Faso avait à ses côtés le premier ministre et les membres du gouvernement, le Président du CNT, des Présidents d’institutions. Pour Michel Kafando, le développement du Burkina Faso est inimaginable sans les jeunes qui représentent 70 à 80% de la population. Ces assises ont donc toute leur importance en ce qu’elles permettent à l’exécutif de mieux appréhender les préoccupations des jeunes. Et ces préoccupations sont de plusieurs ordres : lutte contre le chômage et la pauvreté, formation qualifiante, accès aux crédits, financement des mouvements et associations, accès à la terre, refondation du système éducatif. Les jeunes ont également évoqué les questions de sécurité des biens et des personnes, de transformation des matières premières, de construction d’infrastructures sportives et sociaux-éducatives,… Le gouvernement a été attentif aux différentes préoccupations. Selon le Président du Faso, le gouvernement travaille déjà sur la réorientation du système éducatif, la vulgarisation de la formation professionnelle, le financement des projets de jeunes dans les limites budgétaires,… « Nous continuerons à développer un paquet de projets pour les jeunes », a fait savoir Michel Kafando.

Pour satisfaire davantage les jeunes, hommes d’affaire et entrepreneurs ont été associés à ces assises. Ceux-ci ont promis d’employer 2000 jeunes en 2015. Le gouvernement envisage aussi poser les jalons pour la création d’usines de transformation agro-alimentaire au niveau des différentes régions. Ces usines, si elles venaient à voir le jour, permettraient de lutter efficacement contre le chômage.

Sur les 25 milliards de FCFA alloués au Programme socio-économique d’urgence de la transition (PSUT), 10 milliards sont consacrés à la création d’emplois au profit des jeunes sur toute l’étendue du territoire national. A travers ce financement, le gouvernement entend créer 15 000 emplois, financer 3000 projets de jeunes, former 3.000 jeunes promoteurs en gestion de micro-entreprise, outiller 1 000 jeunes aux métiers non agricoles avec kits d’installation et fonds de roulement…

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles