Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Trafic ferroviaire Ouaga-Abidjan: la SITARAIL abdique face à la colère de commerçants burkinabè

La Société international de transport africain par rails (SITARAIL) qui assure la liaison ferroviaire entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso avait pris la décision de réduire le nombre de départs de trains voyageurs entre Ouagadougou et Abidjan. Elle s’est vue obligée de revenir sur sa décision suite à la colère des commerçants burkinabè, notamment, de Koudougou (Centre-Ouest, 100km).

SUR LE MEME SUJET...
Le nombre de départs de trains voyageurs entre Abidjan et Ouagadougou ne seront pas réduits, comme précédemment annoncé. Dans sa livraison n°1863 du mercredi 1er février 2017, le journal Le Quotidien, à travers un reportage avait évoqué le sujet. Le journal avait annoncé qu’une nouvelle mesure prise par la société ferroviaire relative à la réduction du nombre de trains voyageurs Ouaga-Abidjan suscite une grogne des acteurs du monde ferroviaire. Il avait précisé que la veille (mardi 31 janvier 2017), le train n’avait pas sifflé à Ouagadougou, en raison de cette mesure qui établissait désormais un seul départ par semaine.
Le même journal dans son n°1865 du vendredi 3 février, informait que la société est revenue sur sa décision, suite à une manifestation des commerçants de la gare routière de Koudougou, capitale de la région du Centre-ouest du Burkina Faso. Les autorités régionale et municipale en l’occurrence le gouverneur de la région et le maire de la ville ont dû intervenir pour calmer les manifestants.
Le confrère relatait avoir constaté qu’un train avait quitté Ouagadougou le jeudi 2 février 2017 pour relier Abidjan.
La mesure de la réduction du nombre de départs pour Abidjan aurait été décidée sans associer toutes les parties notamment les membres du comité de suivi de la convention entre les Etats, comprenant les ministres en charge des Transports et des Finances des deux Etats.
SITARAIl-2
Le train constitue l’un des moyens sûrs et rentable pour la plupart des commerçants qui font la navette entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. De même, des populations des localités traversées par la voie ferroviaire bénéficient des retombées des activités économiques le trafic de train génère. A telle enseigne que chaque interruption de la régularité du trafic occasionne des conséquences dommageables pour lesdits commerçants.
Au cours de l’année écoulée, suite à des incidents survenu sur la voie ferrée, le trafic du train reliant Abidjan à Ouagadougou avait été interrompu par deux fois, entrainant des conséquences désastreuses.
Le dernier cas d’interruption de trafic est celui survenu suite à l’accident, du train marchandises en provenance d’Abidjan, survenu sur le pont à tablier métallique du fleuve N’Zi près de Dimbokro (Côte d’Ivoire), dans l’après-midi du 6 septembre 2016. Le programme du trafic du train avait été bouleversé durant une dizaine de jours.
Alfred KANON
 ecodufaso.com / ecodafrik.com

 
Légendes des photos
1-    Le trafic du train permet le développement d’activités économiques pour des populations
 
2-    Les autorités de la SITARAIl ont maintenu l’ancien programme de desserte Ouaga-Abidjan

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles