Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Titres de transport : Le processus de renouvellement en cours

Le Projet de sécurisation des titres de transport sur toute l’étendue du territoire est en marche. Depuis le 16 janvier dernier, le processus a été lancé par la Direction générale des transports terrestre et maritime en collaboration avec le soumissionnaire qui est Oberthur Technologie. 4 mois durant, Oberthur technologie aura la lourde tâche de faire l’état des lieux des cartes grises et des permis de conduire au Burkina Faso, l’estimation des coûts et l’aménagement des sites de production à travers le pays. La société Oberthur technologie été retenue après plusieurs appels d’offre. Le premier appel d’offre lancé par la DGTTM avait connu la participation de 12 soumissionnaires dont les offres étaient au-delà du budget consacré à ce projet qui était de 16 milliards de FCFA.
En effet, le projet de renouvellement des cartes grises et des permis de conduire a été lancé depuis 2013 par le gouvernement. Cependant, faute de moyens financiers, le projet a connu du retard conduisant ainsi le gouvernement à le transformer en projet de Partenariat public-privé. Le projet de sécurisation des titres de transport est donc le premier projet PPP de ce genre au Burkina Faso.
Ainsi, selon le Directeur général de la DGTTM, Mamadou Bokouma, le projet de sécurisation des titres de transport est différent des autres projets en PPP, car ce PPP est un projet de services et de technologie, donc plus délicat. Pour ce faire, «les deux parties, c’est-à-dire le gouvernement burkinabè et le soumissionnaire Oberthur Technologie, doivent s’entourer de garanties avant la mise en œuvre du projet ». Les nouvelles estimations du projet sont de plus de 15,32 milliards de FCFA financés au préalable par le soumissionnaire et remboursés au bout de 7 ans par le gouvernement du Burkina Faso. Passé le délai de 4 mois pour la préparation du terrain, les cartes grise et les permis de conduire seront progressivement renouvelés en commençant par les nouveaux titres, puis les véhicules de l’Etat. « Le renouvellement des titres de transport se fera progressivement. Nous allons commencer par les nouvelles demandes, puis les véhicules de l’Etat et s’en suivront les autres véhicules.
De nombreux sites seront aménagés à travers le pays afin de faciliter la tâche à tous », affirme Mamadou Bokouma. Il s’agira à terme de la production d’environ 3.300.000 cartes sécurisées, soit 2 millions de titres, en remplacement des anciens documents, sur trois ans, et qui comprennent 380.000 permis de conduire, 300.000 cartes grises de véhicules et 1.320.000 cartes grises de motos. En ce qui concerne les nouveaux permis de conduire et cartes grises, ils sont estimés à 200.000 nouveaux permis de conduire, 150.000 nouvelles cartes grises de véhicule et 950.000 nouvelles cartes grises de moto.
Quant aux coûts du renouvellement des titres de transport, Mamadou Boukouma rassure. Des disposions ont été prises afin d’éviter le surcoût des nouveaux titres pour permettre à tous de procéder au renouvellement. Les nouveaux tarifs ne devront pas excéder 20% des frais actuellement en vigueur. Une vaste campagne d’information et de sensibilisation est en cours afin de donner les informations à tous et d’insister sur le bien-fondé des nouveaux documents de transport.
Une question de sécurité
Le titres de transport au Burkina Faso font face à de nombreuses lacunes. Dans le souci de les moderniser et de les sécuriser, le gouvernement a décidé de renouveler les titres de transport. Le projet lancé depuis 2013 est en passe d’aboutir. Plus pratiques et plus sécurisés, ces nouveaux documents permettront de limiter les fraudes dans la délivrance des permis de conduire, mais aussi des cartes grises. De nombreux cas de fraudes de ces documents ont été constatés, ce qui pose un problème de sécurité routière, mais aussi un gros manque à gagner de l’Etat burkinabè.

L’Economiste du Faso

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles