Connecte-toi avec nous

ACTUALITES FINANCIERES: AFRIQUE

   |

Tendance hebdomadaire des devises africaines

Financial Afrik vous propose une analyse des tendances hebdomadaires des devises africaines avec AZA, leader africain de la fourniture des devises non bancaires, qui vient de lancer sa nouvelle plateforme transactionnelle www.tradebfx.com au sein de l’espace UEMOA.


Du Kenya vers l’Afrique du Sud, on constate une reprise, avec la réouverture des entreprises

Un assouplissement continental des restrictions à l’activité économique – parfois stimulé par des protestations, comme au Sénégal – a favorisé la reprise des échanges de devises cette semaine, entre l’Afrique du Sud et le Kenya. Alors que les effets du Covid-19 pèsent toujours sur économie africaine, nous assistons à la réouverture des entreprises et des marchés, aidés par l’assouplissement des politiques monétaires et budgétaires, qui permettent la stabilisation ou le renforcement des devises à court terme, déclare Michael Nderitu, Chief Risk Officer chez Aza.

La pression à l’importation qui pèse sur le naira, est atténué par l’augmentation des réserves et du pétrole

Les importateurs qui se sont acquittés de leurs obligations en attendant la reprise de leurs activités commerciales, ont exercé une pression sur le naira sur le marché parallèle, celui-ci s’est négocié à 447 par dollar contre 440. En revanche, le taux officiel au comptant est resté à 388 et les taux à terme à 5 mois ont légèrement augmenté à 454, contre 522 en avril. Avec le soutien de l’organe de financement rapide du FMI avec une somme de 3,4 milliards de dollars, les réserves en dollars du Nigeria se rapprochent de leur niveau de début de 2019 soit 36,57 milliards de dollars. Ce qui est suffisant pour soutenir la monnaie locale face aux pressions actuelles. Avec la reprise des prix du pétrole comme un indicateur positif pour l’économie, nous prévoyons le maintien de ces niveaux dans les prochains jours.

Le « Risk on » pousse le Rand à se hisser à son plus haut niveau depuis Mars

La poursuite de la reprise a porté le rand à 16,90 par dollar, soit le niveau le plus élevé depuis mars, soutenu sur sa lancée par le « Risk on» alors que les économies repartent partout dans le monde. Couplé à la faiblesse du dollar durant les protestations généralisées aux États-Unis, suite au meurtre de George Floyd et les tensions avec la Chine. Dans un contexte de morosité économique par rapport à la croissance négative du PIB, la reprise nous rend de plus en plus optimiste, et nous prévoyons une nouvelle amélioration des niveaux du Rand dans les prochains jours, indique Murega Mungai, Trading Desk Manager chez Aza.

La réduction du couvre-feu et les exportations agricoles soutiennent le Shilling

Ici nous anticipons que le gouvernement du Kenya annoncera prochainement une réduction du couvre-feu et l’assouplissement des restrictions de déplacement entre les comtés, ce qui attise l’espoir d’une reprise de l’activité économique. Le shilling est passé de 106,90 à 106,10 par dollar cette semaine, soutenu par les entrées en dollars provenant principalement des exportations agricoles. Avec l’augmentation des d’exportations, nous maintenons nos perspectives positives pour le shilling dans les jours à venir.

Soutient du gouvernement ougandais aux PME

Les entrées de dollars provenant des exportations de thé, de café et d’or ont dépassé la forte demande de devises des importateurs, entraînant une légère appréciation du shilling ougandais, qui est passé de 3785 à 3758 par dollar. Alors que l’Ouganda est sur le point de perdre 1,6 milliard de dollars en recettes touristiques et fait face à une forte baisse des envois de fonds annuels de la diaspora estimé à 1,3 milliard de dollars, nous prévoyons un Shilling stable à court terme, avec des perspectives positives grâce à l’aide gouvernementale aux PME et aux autres entreprises qui soutiennent la croissance économique, observe Terry Karanja, Treasury Associate chez Aza .

Pour rappel, AZA est le seul fournisseur non bancaire de devises et de distribution en gros dans la région africaine, elle s’est développée grâce à l’augmentation des comptes bancaires, de l’argent mobile et d’autres options de paiement mais aussi grâce au besoin de transférer des gros montants rapidement et à un prix intéressant. Avec une équipe d’environ 120 personnes, AZA dispose de représentation à Lagos, Nairobi, Londres, Kampala, Dakar, Madrid, Accra et, très prochainement Johannesburg et au Caire.

financialafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.