Connecte-toi avec nous

Développement

   |

SURCHARGE ROUTIERE: L’UEMOA en fait son combat

Les ministres de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA) étaient en conclaves le 19 juin 2015 à Ouagadougou. Objectif, élaborer une nouvelle stratégie rigoureuse et efficace de mise en œuvre effective du règlement N° 14/2005/CM/UEMOA portant harmonisation des normes et des procédures de contrôle de la surcharge des véhicules dans l’espace de l’Union économique et monétaire Ouest africain (UEMOA).

Sécurité routière2

Mettra en application le règlement « N° 14/2005/CM/UEMOA portant harmonisation des normes et des procédures de contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises dans les Etat membres de l’espace UEMOA afin de préserver les infrastructures routière s et contribuer à la durabilité des investissements réalisés », voilà l’objectif de la 3e réunion ministérielle tenue le 19 juin 2015 à Ouagadougou. Elle a été initiée par la Commission de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA) et le ministère des Infrastructures, du désenclavement et des transports du Burkina, en collaboration avec l’Union européenne (UE). La rencontre a consisté à élaborer une stratégie de riposte.

Sécurité routière 3

Cette stratégie consiste à adopter, pour la période 2016-2018 une politique opérationnelle, progressive et réaliste permettant d’insuffler une nouvelle dynamique à l’application effective et par tous les Etats du règlement N°14 dans la sous-région. Ainsi, en a décidé les acteurs, tout véhicule en extrême surcharge se verra, dans les mois à venir, appliqué les taux d’amendes prévus par le règlement sur la totalité de la surcharge constatée. Un Chef d’Etat « Champion » sera désigné dans les jours à venir afin que celui-ci s’engage à impulser la lutte contre la surcharge routière et à assurer le plaidoyer auprès des partenaires techniques et financiers. En outre, les dispositions pour l’application du règlement doivent être appliquées de façon concomitante par tous les ports et les principales plateformes génératrice de trafic afin d’éviter la concurrence déloyale. Des mesures qui permettront selon Georges Essowé Barcola, Commissaire chargé des Services administratifs et financiers de l’UEMOA, de réduire le taux de camions en surcharge de 10% par an, pendant les 3 prochaines années et d’aboutir à l’horizon de fin 2017 à un taux moyen de camions en surcharge inférieur à 50% . L’Union européenne qui, à travers le Fonds européen de développement (FED), contribue au développement du secteur des transports a invité les Etats à mettre un coup d’accélérateur dans la lutte active contre la surcharge, a dit Thierry Barbe, Chef de la délégation de l’UE. Un message reçu 5/5 parce que Le président du Conseil des ministres de la commission de l’UEMOA, Ibrahim Nomao, a rassuré que pour pérenniser les investissements en matières d’infrastructures de transports dans l’espace communautaire, il faut un engagement fort des Etats et une coopération de tous les autres acteurs dans la mise en application concomitante et simultanée dudit règlement. En rappel, le règlement N° 14/2005/CM/UEMOA portant harmonisation des normes et des procédures de contrôle de la surcharge des véhicules dans l’espace de l’Union économique et monétaire Ouest africain (UEMOA) a été adopté et signé le 16 décembre 2005 par le Conseil des ministres de l’UEMOA. Le conseil a organisé deux réunions respectivement en avril 2009 et en mars 2010. La 3e rencontre, celle du 19 juin 2015 à Ouagadougou devrait consolider les acquis des deux précédentes. A noter le Ghana et de la Guinée Conakry ont pris part à cette rencontre bien que ces deux pays ne soient pas de l’UEMOA.

Mounbarak SILGA
ecodufaso.com

Légende
1 – Les officiels lors de la 3e réunion ministérielle sur le contrôle de la surcharge routière
2 – Les acteurs venus de tous les pays …
3 … l’UEMOA, du Ghana et de la Guinée Conakry

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles