Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

SONABHY : Et si l’on pensait à des solutions définitives quant à la pénurie du Gaz butane!

Depuis maintenant un mois de cela il est fréquent de voir les Ouagalais se promener avec des bouteilles vides en quête de gaz butane. Ce phénomène n’est pourtant pas nouveau. Le mercredi dernier déjà, M. Gambetta Aboubacar Nacro (nouveau DG) qui assurait jusque-là l’intérim de la Société Nationale Burkinabè des hydrocarbures (SONABHY) a confirmé cette énième pénurie à travers un communiqué

Ces dernières années, la pénurie de gaz butane est de plus en plus récurrente surtout les périodes du début de la saison pluvieuse et au moment de l’harmattan avec sa vague de fraicheur. Les années précedentes les raisons évoquées étaient entre autres les difficultés et conditions d’acheminement des convois du gaz souvent bloquer par les tempêtes en période pluvieuse ainsi que la croissance d’utilisation des Ouagalais. Il faut aussi signaler des spéculations qui font effet de revente de bouteilles de gaz de 12kilo du Burkina Faso (moins cher) vers le Mali ou le Sénégal. Cette année encore l’on pourrait ajouter à cette liste de raison, la crise socio politique de fin Octobre qui a secoué le pays et entrainer le départ de l’ex DG. Jean-Baptiste de la Salle Béréhoundougou.

Une crise sous régionale

Au-delà des raisons internes rencontrées il sied de noter que les perturbations ont des raisons sous régionale aussi. Gambetta Aboubacar Nacro explique « Elle est sous régionale. Le gaz existe. C´est un problème de stockage et de transit. Actuellement nous avons du gaz en Côte d´Ivoire et au Ghana mais pour pouvoir servir nos camions, c´est compliqué. Des journalistes ghanéens sont allés au port ces derniers jours et se sont plaint du fait que les Burkinabé sont servis en gaz butane alors qu´il en manque dans leur pays. Il en est de même en Côte d´Ivoire. Mais ces pays assez ouverts nous servent même si c’est à compte-gouttes. Il faut reconnaître qu’ils ont eux aussi des difficultés liées à la forte demande intérieure. C´est ce qui explique tout. Imaginons que la source béninoise qui servait le Niger, le Mali, le Burkina n´est plus en droit d´utilisation. Tout le monde se déporte vers le Ghana et la Côte d´Ivoire qui arrivent difficilement à satisfaire déjà leur demande. Dans ce contexte il ne peut qu´y avoir des perturbations. »

A quand une solution définitive?

En attendant, avec l’arrivée du nouveau DG SONABHY M. Gambetta Aboubacar Nacro, nombreux sont les burkinabè et surtout les femmes qui espèrent une solution miraculeuse d’autant plus que les fêtes de fin d’années s’annoncent déjà. Pour pallier cela beaucoup se rabattent sur le charbon de bois et même le bois issus de la coupe abusive du bois. Néanmoins il est temps que les responsables de la SONABHY réfléchissent à des solutions définitives et concrètes. En rappel, la valorisation de la consommation du gaz butane constitue l’une des priorités de l’Etat burkinabè surtout avec l’institution des Engagements Nationaux qui fait part belle à la protection de la nature, de l’environnement.

Balguissa Sawadogo
Les Echos du Faso

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles