Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Société de transformation des fruits et légumes de Loumbila : L’espoir renait !

Le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, a effectué ce mardi 24 avril 21018, une visite à la Société de Transformation des Fruits et Légumes de Loumbila (STFL). Cette visite s’inscrit dans la perspective de la reprise et l’achèvement des travaux de l’usine. Elle s’est faite en compagnie des différents acteurs de la Société de Transformation des Fruits et Légumes de Loumbila .

 

 

Entamés en janvier 2012, les travaux de construction de l’usine sont à l’abandon. «Le projets a connu des difficultés de différents ordres. Ce sont notamment des questions de management opérationnel, de planification et de gestion de ressources humaines qui ont engendré la suspension des travaux de construction de l’usine» explique le Ministre en charge du commerce. C’est dans cette optique que des démarches ont été entreprises avec l’administration provisoire pour la finalisation du projet et l’exploitation du complexe industriel.

USINE

Le calendrier consiste à une étape d’évaluation qui va durer 2 à 3 semaines. Après la phase d’évaluation, des décisions seront prises pour continuer les travaux et intégrer le volet « exploitation » qui passe par l’approvisionnement de l’entreprise en matières premières. L’objectif final étant la transformation des produits agricoles, la création de valeur ajoutée et la création d’emplois. Il faut noter que le projet bénéficie d’un financement additionnel de la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO. « Le 10 mai, je rencontre la banque pour traiter de la question », rassure le ministre.

« Les capacités techniques ne vont pas du tout changer. Ce qui avait été prévu au début du projet, va être repris probablement avec de la valeur ajoutée. La production journalière reste telle, 140 tonnes pour la tomate et 140 tonnes pour la mangue », a affirmé Issaka Sourwèma, administrateur de la société.

Le projet industriel STFL suscite beaucoup d’espoir non seulement pour la population locale mais aussi pour la population burkinabè en général.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma (Stagiaire)

 

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles