Connecte-toi avec nous

Tic & Telecoms

   |

Snapchat, victime collatérale de l’ « affaire Sony

La start-up a vu toute sa stratégie dévoilée à cause du piratage de la messagerie du PDG de Sony Entertainment.

L’affaire du piratage de Sony a des répercussions inattendues. A cause de lui, toute la stratégie de… Snapchat se retrouve aujourd’hui révélée. Le PDG de Sony Entertainment Michael Lynton a vu sa boite e-mail piratée. Or, il siège au conseil d’administration de la start-up, l’une des plus en vue actuellement et qui fait un carton, notamment, chez les adolescents. Snapchat aurait ainsi conquis 100 millions d’utilisateurs à travers le monde, en l’espace de quelques mois seulement.

Les échanges électroniques de Michael Lynton sont plutôt embarrassants pour Snapchat, qui s’est déjà retrouvé plusieurs fois au cœur de l’actualité ces derniers mois, pour avoir « snobé » une offre de rachat de Facebook de 3 milliards de dollars ou encore pour avoir été elle-même victime de failles de sécurité.

Avec ces nouvelles révélations, les polémiques ne sont pas près de s’éteindre. Dans les documents, on apprend notamment que Snapchat a déjà réalisé plusieurs acquisitions. Cette année, la société a ainsi racheté pour 15 millions de dollars Vergence Labs, qui développe des lunettes connectées capables de filmer en haute définition. Elle a également misé 30 millions de dollars sur AddLive, pour introduire une fonction de chat vidéo dans son service. Enfin, elle a acquis Scan.me, qui a mis au point une technologie de QR code et de Beacon, ces boîtiers que l’on place en magasin et qui peuvent émettre des signaux et envoyer des contenus à des appareils situés à proximité (smartphones, tablettes, etc.). Montant de cette dernière opération : 50 millions de dollars. Des acquisitions financées notamment par les deux dernières levées de fonds de la start-up de Los Angeles, de 80 et 50 millions de dollars, réalisées en juin et décembre 2013.

Evan Spiegel « dévasté »

Ces mouvements montrent en tout cas que Snapchat veut développer d’autres services que son application de messagerie et qu’il cherche à innover sur son marché. Autre exemple : le lancement d’un service autour de la musique. Les échanges du patron de Sony Entertainment avec le responsable du digital chez Sony Music indiquent que le jeune fondateur de la start-up, Evan Spiegel, souhaiterait créer un label de promotion des artistes via Snapchat. Il aurait aussi voulu y intégrer les vidéos musicales de Vevo. Fidèle à sa réputation, Evan Spiegel aurait confié aux deux hommes, lors de leurs entretiens, que « les services de musique actuels [étaient] de la m… ».

Spiegel, justement, s’est ému de ces fuites, reprises partout ce jeudi dans la presse américaine. Le jeune entrepreneur de 24 ans a publié sur Twitter la lettre qu’il a envoyée à tous ses salariés. Il s’y est dit « en colère », « dévasté » et « désolé que tout leur travail soit ainsi violé et exposé. »

Nicolas Rauline
lesechos.fr

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles