Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Sécurité-Fronde sociale-Coronavirus : le patronat burkinabè expose ses inquiétudes au Chef du gouvernement

Remise d’un mémorandum au Premier Ministre Dabiré

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a accordé une audience à une délégation du Conseil National du Patronat Burkinabè (CNPB), ce vendredi 13 mars 2020 dans l’après-midi. Conduite par son président, Apollinaire Compaoré, elle est allée s’enquérir de l’évolution de la situation nationale marquée par l’insécurité liée au terrorisme, la fronde sociale et la question sanitaire avec les premiers cas de malades liés au Coronavirus enregistrés au Burkina Faso. A l’occasion, le patronat a remis au Chef du gouvernement, un mémorandum qui comprend l’ensemble des préoccupations du monde des affaires burkinabè.

Le secteur privé burkinabè est préoccupé par l’évolution de la situation nationale. Le Conseil National du Patronat Burkinabè (CNPB) a pris langue avec le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, dans l’après-midi de ce vendredi, afin de lui exprimer toutes ses préoccupations. « Nous sommes venus nous entretenir avec le Premier ministre sur l’évolution de la situation nationale, parce que nous sommes des chefs d’entreprises et nous avons besoin aujourd’hui de tranquillité pour évoluer dans nos affaires et accompagner efficacement l’Etat dans la quête de solutions aux problèmes de notre pays », a soutenu le 1er Vice-président du CNPB, Seydou Diakité, à l’issue des échanges.

Et le 1er Vice-président du CNPB de poursuivre : « Lorsqu’on parle de stabilité, cela veut dire que vous êtes en bonne santé pour aller au travail, lorsqu’on parle de sécurité, cela veut dire que vous n’êtes pas menacé quand vous quittez chez vous pour aller au travail, lorsqu’on parle de paix sociale, cela veut dire que vous pouvez aller payer vos impôts tranquillement, aller à la banque pour retirer de l’argent pour vos besoins et aller au Trésor public pour faire face à vos engagements. Soyez rassurés, la préoccupation des syndicats, c’est notre préoccupation, la préoccupation sanitaire c’est notre préoccupation, la préoccupation sécuritaire c’est notre préoccupation ».

Par ailleurs, il a aussi rendu compte de l’évolution des concertations qui se tiennent actuellement entre le patronat et l’Union d’Action Syndicale (UAS).

Deuxième du genre depuis l’élection du président Appolinaire Compaoré et de son Bureau à la tête du CNPB le 14 décembre 2018, cette rencontre, selon le 1er Vice-président du CNPB, Seydou Diakité, entre le monde des affaires et le Chef de l’Exécutif tend à se formaliser en un cadre de concertation entre le gouvernement et le secteur privé, une fois par semestre au moins, afin de débattre des préoccupations de l’heure.

Et Seydou Diakité de soutenir qu’il n’y a pas de développement sans concertation. « Il faut donc de temps en temps que nous puissions venir voir le gouvernement et nous assurer qu’il pourra accompagner efficacement le développement de nos entreprises », a-t-il déclaré.

Lors de cette rencontre, le patronat a remis au Chef du gouvernement un mémorandum qui comprend l’ensemble des préoccupations du secteur privé burkinabè.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que le patronat burkinabè est sorti de cette audience réconforté par les assurances données par Christophe Joseph Marie Dabiré quant à la capacité de son gouvernement à faire face à tous ces défis.

DRCP/Primature

(Titre : La Rédaction)

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles