Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Sécurité alimentaire : Un atelier de réflexion autour de la lutte contre les mouches des fruits

Le vendredi 23 novembre 2018 a eu lieu la cérémonie d’ouverture de l’atelier régional de réflexion sur la pérennisation des actions de lutte contre les mouches des fruits. En plus du Burkina Faso, 10 pays prennent part à cette importante rencontre qui se tiendra du 23 au 27 novembre 2018 à Ouagadougou.

Les mouches de fruits représentent une véritable menace pour la survie du secteur fruit et légumes dans le monde en général et dans la sous-région Ouest africaine en particulier. En effet, elles causent non seulement des dégâts très important estimés de 20% à 80% de la production de la mangue, mais également considérées comme des espèces de quarantaine dans les pays de l’espace européen. Ces insectes entrainent chaque année des pertes importantes de devises pour les pays exportateurs. C’est ainsi que depuis 2004, les pays de l’Afrique de l’Ouest ont enregistré des interceptions de leurs cargaisons de mangues aux portes de l’espace européen pour cause de présence de larves de mouches de fruits.

Afin de réduire ces pertes et faire en sorte que les mouches des fruits soient maîtrisées et ne constituent plus une contrainte pour la filière fruits et légumes, la CEDEAO avec l’appui de ses partenaires UE, AFD, UEMOA a initié le projet de Soutien au Plan Régional de Lutte et de contrôle des Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest. L’objectif de ce projet est d’améliorer les revenus des producteurs de fruits et légumes, et particulièrement des petits producteurs, afin d’instaurer la sécurité alimentaire dans la sous-région et réduire la pauvreté

Vue des participants

Le projet de lutte et de contrôle des mouches des fruits a commencé ses activités sur le terrain en 2015 et à partir de 2017, un système opérationnel de surveillance des infestations des mouches des fruits de tous les pays bénéficiaires a été mis en place. Ce système est un instrument de suivi des productions de mangues, d’évaluation des taux d’infestations et de lancement d’alertes à l’endroit des différentes catégories d’acteurs de la filière mangue. Il permet ainsi de cibler les actions de lutte dans les vergers et de gérer l’ouverture et la clôture de la campagne de mangue.  En 2018, 107 alertes ont été émises et 13% ont nécessité des prises en charges par les acteurs.

La photo de famille

Le projet est actuellement dans la dernière année de son exécution. L’un des défis majeurs auquel doivent faire face, la CEDEAO c’est comment consolider et pérenniser ce système et le transposer pour contrôler d’autres ravageurs dans d’autres filières au regard des enjeux et des défis phytosanitaires auxquels est confrontée la région. Le projet a été financé à 15 milliards de Francs CFA.

Pour l’heure, les recommandations issues de cet atelier seront soumises aux décideurs notamment ceux qui votent les budgets a expliqué le Directeur exécutif de l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation de la Cedeao (ARAA) Ousseni Salifou.

 

Alima Kanadjigui (stagiaire)

Ecodufaso.com/ Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles