Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Sécurité alimentaire de la CEDEAO : Les indicateurs de la plateforme ECOAGRIS

Sécurité alimentaire de la CEDEAO : Les indicateurs de la plateforme ECOAGRIS validés à Ouagadougou

Le Comité permanent inter-Etat de lutte contre la sécheresse dans le sahel (CILSS) était en atelier, du lundi 8 au mercredi 10 février 2016 à Ouagadougou. Objectif, valider les indicateurs de la plateforme ECOAGRIS de la réserve régionale de sécurité alimentaire de la CEDEAO.

Du 8 au 10 février 2016, le Comité permanent inter-Etat de lutte contre la sécheresse dans le sahel (CILSS) était réuni à Ouagadougou. Cet atelier régional de 3 jours avait pour objectif de procéder à la validation des indicateurs du Système régional intégré d’information agricole (ECOAGRIS) de la réserve régionale de sécurité alimentaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Les participants venus de 17 pays de la sous région ont également pu identifier des indicateurs communs de la plateforme ECOAGRIS. Ces indicateurs se rapportent à des thèmes comme les productions et marchés agricoles, l’élevage, la pêche et l’aquaculture, la recherche, l’agro-hydro-météo, la macro-économie, les intrants agricoles, les ressources nationales, les changements climatiques, la nutrition, les stocks, les SAP. Cette plateforme constitue, a relevé le Secrétaire exécutif du CILSS, Dr Djimé Adoum, un instrument qui consolide et donnera plus de visibilité aux dispositifs de veille et de concertation régulière de prévention des crises alimentaires au Sahel et en Afrique. Elle a pour objectif principal, a-t-il précisé, d’améliorer la production régulière d’informations pertinentes sur la sécurité alimentaire régionale en vue de faciliter la prise de décision. De façon spécifique, ECOAGRIS vise à renforcer les systèmes d’informations nationaux et régionaux sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle et d’améliorer la qualité de l’information d’aide à la prise de décision en vue d’une meilleure réponse aux crises alimentaires et nutritionnelles dans l’espace CEDEAO-CILSS. Sa mise en œuvre par le CILSS en collaboration avec ses Partenaires techniques et financiers requiert l’opérationnalisation du dispositif matériel, logiciel et institutionnel au niveau national et régional par la validation d’indicateurs concrets applicables à tous les pays. Cet objectif semble être atteint après l’atelier de Ouagadougou qui s’inscrivait dans la dynamique de l’opérationnalisation du système d’information ECOAGRIS.

CILSS ECO

Une vue de quelques participants

La région ouest-africaine est confrontée depuis des années, a rappelé le Secrétaire exécutif du CILSS, Dr Djimé Adoum, à une dégradation accélérée et son environnement et ses ressources naturelles. Cette situation engendre l’effet cumulé des sécheresses récurrentes, de la désertification et des activités anthropiques qui exposent les communautés vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Elle est aggravée par les changements climatiques dont les répercussions nécessitent une prise en main des systèmes d’informations de la CEDEAO afin de les améliorer et de les rendre accessibles aux populations, aux décideurs politiques et institutionnels. A noter qu’en plus des 15 pays de la CEDEAO plus la Mauritanie et le Tchad, plusieurs organisations internationales ont pris part à l’atelier. Il s’agit de l’UEMOA, du RESACKS, de AFRICARICE, de RESIMAO, de OXFAM, de Save the children, du FAO et du PAM.

Mounbarak SILGA
Ecodufaso.com/ groupe ecodafrik

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles