Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Secteur minier : 12% de baisse des recettes en 2014

Dans son discours sur la situation de la nation, le Premier ministre s’est penché sur le secteur minier. Les grands constats.

Dans ce secteur, l’action gouvernementale s’est inscrite dans la continuité de la mise en œuvre de la politique sectorielle des mines 2014-2025 dont la vision s’inspire de la stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD). On apprend ainsi que les activités de recherche et d’exploitation minières se sont poursuivies en 2014 malgré le contexte difficile caractérisé par la baisse du cours mondial de l’or, de plus de 12%. La crise financière internationale a également porté un coup dur à la mobilisation des ressources. Qu’à cela ne tienne, les prévisions de production minière se sont confirmées. La quantité produite est passée de 32,5 tonnes en 2013 à 36,5 tonnes d’or métal en 2014. Selon le Premier Ministre, cet accroissement s’explique par l’entrée en production d’une nouvelle mine qui a produit 7,8 tonnes en 2014. En 2014, quatre (04) nouveaux permis d’exploitation industrielle de grandes mines dont une (01) de manganèse et trois (03) d’or ont été octroyés.

Un code minier plus protecteur des intérêts des différents acteurs

En 2014, la relecture du code minier aura été l’action majeure dans le domaine minier. L’enjeu c’est de mieux prendre en compte les intérêts des populations locales. Le gouvernement veut ainsi parvenir à une exploitation des ressources naturelles aux bénéfices des différents acteurs : Etat, populations locales, investisseurs. C’est dans ce sens que le Gouvernement propose dans cette loi la mise en place d’un fonds de développement local, qui sera alimenté par les ressources issues du budget de l’Etat et des sociétés minières.

Selon les chiffres de Yacouba Isaac Zida, en 2014 l’ensemble des autorisations et titres miniers ont rapporté au Trésor Public, 168 493 466 552 de F CFA contre 191 408 419 254 de F CFA à la même période en 2013, soit une baisse de 12%. Cette baisse est imputable principalement à la chute des cours de l’or qui, en 2014 était de 1 282,62 dollars l’once contre 1 477,80 dollars l’année précédente.

L’année 2014 a vu également la production de 143 944 tonnes métriques sèches de concentré de zinc et de 3 803,74 tonnes de concentré de plomb. Quant au manganèse, la Société PAN AFRICAN MINERALS BF SA a obtenu le permis d’exploitation industrielle pour la mine de Tambao. De l’avis du Premier Ministre, pour réduire les effets de la baisse des cours de l’or et la raréfaction des financements, le Gouvernement a renforcé l’encadrement des projets avancés, et diversifié les sources de recettes par l’exploitation des substances de carrières.

Ainsi, des actions de promotion du sous-secteur des carrières se sont poursuivies avec pour résultat, une hausse du nombre d’autorisations d’exploitation de substances de carrières qui est passé de 55 à 62. La mise en œuvre du plan stratégique décennal de développement de l’exploitation des substances de carrières permettra, à terme, d’accroître de façon significative la contribution de ce sous-secteur à la création d’emplois et à la mobilisation des recettes au profit du budget de l’Etat. L’Office National de Sécurisation des Sites Miniers œuvre à protéger les biens et les personnes afin que les investisseurs puissent travailler en toute sérénité.

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles