Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Secteur de la Micro-finance : 1 166,6 milliards de FCFA de dépôts collectés à la fin mars 2017

La situation du secteur des Micro finances dans l’espace UMOA a évolué positivement à la fin mars 2017.
 
L’analyse   des   indicateurs   d’intermédiation   des   Systèmes   Financiers   Décentralisés   (SFD)   de l’UMOA publiée par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) laisse apparaître une évolution relativement positive. Il ressort à ce propos qu’à la fin mars 2017, le nombre d’institutions de micro-finance dans l’UMOA s’est établi à six cent quarante-neuf (649). L’accès des   populations   aux services financiers  offerts s’est   élargi.
 
Le nombre de bénéficiaires des prestations de ces institutions est ressorti à près de 13,23 millions à fin mars 2017 contre 11,8 millions à fin mars 2016. A la fin mars 2017, le montant des dépôts collectés s’est établi à 1 166,6 milliards de FCFA contre 1 025,6 milliards de FCFA une année auparavant, soit une hausse de 13,7%.
Les données par pays affichent que les dépôts ont enregistré une hausse en Côte d’Ivoire (+23,3%), au Sénégal (+19,6%), au Burkina (+12,4%), au Mali (+9,7%), au Togo (+7,8%) et au Bénin (+1,8%). En revanche, une baisse été noté en Guinée-Bissau (-50,8%) et au Niger (-8,8%). Le montant moyen des dépôts par membre s’est établi à 88.686 FCFA à fin mars 2017 contre 87.065 FCFA un an plus tôt.
Au   titre   des   SFD   en   difficulté,   à la fin   mars   2017,   dix-sept   (17)   institutions   de micro-finance demeuraient sous administration provisoire, dont quatre (4) au Sénégal, quatre (4) au Bénin, trois (3) au Mali, deux (2) en Guinée-Bissau, une (1) au Burkina, une (1) en Côte d’Ivoire, une(1) au Niger et une (1) au Togo.
Les informations relatives aux institutions de micro-finance s’appuient sur l’analyse de l’évolution des indicateurs calculés à partir des données estimées. Du reste, elles laissent entrevoir visiblement une redynamisation du secteur dans l’espace ouest africain où le taux de bancarisation s’avère très faible.
 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

 
 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles