Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Secteur agricole : le Fonds de développement agricole désormais opérationnel pour le financement des promoteurs de micro-projets et entreprises agricoles

(Ouagadougou, le 09 février 2021). Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané KABORE, celui de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles et de la Mécanisation, Salifou OUEDRAOGO et la Banque agricole du Faso (BADF), à travers son président du Conseil d’administration, Constantin DABIRE, ont procédé, le mardi 09 février 2021 à Ouagadougou, à la signature d’une convention tripartite relative à la gestion des ressources affectées par l’Etat à la BADF. C’était en présence du Directeur général de la BADF, Daouda SIMBORO. La convention signée permettra désormais d’affecter à la Banque agricole du Faso des ressources dédiées au monde agricole. Ces ressources seront logées dans le Fonds de développement agricole (FDA).

Dès cette année, le fonds sera doté d’un montant initial d’1,350 milliards de F CFA destinés à renforcer les capacités d’intervention de l’Etat au profit du monde agricole. L’ambition du gouvernement est de financer le monde agricole à hauteur de 15 milliards de F CFA d’ici la fin du quinquennat en 2025.

Selon le ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles et de la Mécanisation, Salifou OUEDRAOGO, le secteur agricole burkinabè fait face à de nombreuses contraintes liées, entre autres, à son extrême vulnérabilité aux conditions agro-climatiques mais surtout au faible accès des acteurs du secteur au financement. Selon les statistiques de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest publiées en 2020, la part du financement bancaire destiné au secteur agricole ne représente que 3,5%.

Pour le ministre en charge de l’Economie, des Finances et du Développement, cette signature de convention consacre l’opérationnalisation du FDA créé en septembre 2020 au sein de la Banque agricole du Faso. Tout en saluant les acteurs du monde agricole, Lassané KABORE les a invités à une utilisation efficace des ressources et à veiller au remboursement des crédits accordés en vue de permettre la survie du fonds et l’atteinte des objectifs qui lui sont assignés.

Instrument de mise en œuvre de la politique agricole du gouvernement, le Fonds de développement agricole a pour vocation ultime de financer les micro-projets par des conditions adaptées aux réalités des petits acteurs du monde agricole intervenant dans les maillons de production, de transformation et de commercialisation.

S’agissant des conditions d’accès, le Directeur général de la BADF, Daouda SIMBORO rassure que les garanties ne constituent pas une condition sine qua non pour bénéficier de l’accompagnement du FDA. Les prêts seront accordés à un taux maximal de 5%. Foi de M. SIMBORO, les ressources seront réparties dans le but de toucher le maximum d’acteurs du monde agricole, notamment les porteurs de micro-projets et entreprises agricoles. Le FDA prendra en compte également les industriels qui interviennent dans la transformation du riz. Les montants varient d’un million à 8 millions de F CFA pour les micro-projets et à 100 millions de F CFA pour les industriels.

 

DCPM/ MAAH

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles