Connecte-toi avec nous

Entretiens Exclusifs

   |

Salon Africain de la Maintenance (SAMA) : La première édition se tiendra du 25 au 27 juin 2021

Le Salon Africain de la Maintenance (SAMA) est un évènement de l’association SUD QUALITAS qui a pour but de mettre en valeur les différents secteurs de la maintenance au Burkina Faso. Pour sa première édition, elle se tiendra du 25 au 27 juin 2021 sur le site du SIAO. Une équipe de la rédaction a pour ce faire rencontré un membre du comité d’organisation avec Salia Topan, également Secrétaire Exécutif de l’association SUD QUALITAS.

Salia Topan, Secrétaire Exécutif de l’association SUD QUALITAS.

Ecodufaso : Pouvez –vous vous présenter à nos lecteurs ?

Salia Topan (ST) : Je suis Topan Salia, technicien de formation, PDG de MAINTCONSULTING qui est une entreprise évoluant dans le domaine de l’énergie et de  la maintenance. Je suis également le Secrétaire Exécutif de l’association SUD QUALITAS.

Ecodufaso : Vous êtes promoteur d’un salon dénommé Salon Africain de la Maintenance. De quoi s’agit-il concrètement ?

(ST) Le Salon Africain de la Maintenance (SAMA) est une activité portée par l’association Sud Qualitas et est à sa première édition. Il est placé sous le haut patronage du ministre de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi.

Il s’agit d’un évènement qui a pour but de mettre en valeur les différents secteurs de la maintenance à savoir la maintenance industrielle, informatique, biomédicale, etc. Le SAMA sera une activité annuelle au cours de laquelle nous auront une foire d’exposition, des conférences, des colloques et tables rondes, des rencontres B2B, un débat télévisé, un jeu concours pour récompenser les meilleurs acteurs de la maintenance et un diner gala pour clôturer l’évènement.

Ecodufaso : Quelle est la spécificité de cette première édition ?

(ST) Comme l’indique le thème de cette première édition « Maintenance et employabilité des jeunes », ce salon vient revaloriser tous les métiers de maintenance et montrer que ce sont des métiers qui nourrissent leurs hommes. Nous voulons ainsi amener les jeunes à s’intéresser et à s’orienter plus vers ce secteur qui est pourvoyeur de beaucoup d’emploi. De plus nous voulons ramener à la lumière certains métiers qui tendent à disparaitre comme la réparation de montre qui est un métier qui n’existe presque plus ici, pourtant le besoin est là.

 

Ecodufaso : A combien estimez-vous les participants à cette première édition ?

(ST) Plusieurs activités seront organisées au cours de cette première édition du SAMA, et il est difficile pour le moment de donner une estimation du nombre de participants. Mais nous prévoyons au moins 50 entreprises qui viendront exposer leurs produits et services à la foire, il y aura également les panels et conférences qui rassembleront beaucoup d’élèves et étudiants, sans compter toutes ces personnes qui se déplaceront pour visiter les stands d’exposition.

Ecodufaso : Quel est l’état d’avancement de l’organisation

(ST) Nous pouvons dire que l’organisation avance bien. Nous nous attelons à mettre tous les moyens de notre côté pour la tenue du Salon. Plusieurs entreprises ont donné leur accord de principe pour participer à ce salon. Nous avons également réussi à nouer des partenariats avec des entreprises, des chaînes de télévision et des radios qui nous accompagnent dans l’organisation. De façon pratique nous avons une page Facebook que nous animons grâce à une agence de communication, nous avons aussi des spots publicitaires qui sont diffusé actuellement sur les chaînes de télévision et radio. Nous travaillons à mettre en place une web-tv qui sera consacré au SAMA et aux acteurs de la maintenance. Le comité d’organisation travail beaucoup aussi sur la communication et la visibilité de l’évènement.

Ecodufaso : Quels sont les défis en ce moment quant à l’organisation ?

(ST) La communication et la mobilisation des ressources sont nos défis majeurs à ce jour. Tous les acteurs qui sont dans les différents secteurs de la maintenance et tous les consommateurs des produits de la maintenance doivent être touchés. Pour apporter beaucoup de visibilité à ce salon nous avons des partenariats avec des médias, des maisons de communication. En ce qui concerne la mobilisation des ressources, compte tenu du fait que nous soyons une jeune association à but non lucratif, nos ressources sont très modestes. C’est pourquoi pour organiser nos activités nous faisons appel à des partenaires financiers ou des sponsors. Je profite lancer un appel à toutes les personnes ressources et aux entreprises désireuses d’associer leur image à ce salon à ne pas hésiter.

Ecodufaso : A combien estimez-vous le budget alloué pour cette première ?

(ST) Pour le moment nous sommes entrain de voir avec nos partenaires comment organiser ce salon avec un budget acceptable. Mais le budget alloué à cette édition est estimé à plus de vingt (20) millions.

Ecodufaso : Quelles sont vos attentes à l’issue de la tenue de ce salon ?

(ST) Nos attentes à l’issu de ce salon sont nombreuses. Pour ne citer que quelques-unes, nous voulons premièrement que la nécessité et l’importance de la maintenance soient démontrées ensuite que les métiers de maintenance soient valorisés, nous visons également la professionnalisation de ce secteur et surtout faire connaitre ses différentes filières pour que les élèves et étudiants s’y orientent. Enfin nous allons créer une base de données qui regroupera les différents acteurs du secteur de la maintenance.

Ecodufaso : Avez-vous un appel à lancer à l’endroit de ceux qui s’intéressent à ce secteur ?

(ST) Oui ! Je lance un appel particulier à tous les acteurs des différents secteurs de la maintenance, que ce soit la maintenance industrielle, informatique biomédicale, mais aussi tous les réparateurs  d’ordinateurs, de portables, de montres, de télévisions etc. à prendre part à ce salon qui est une occasion pour eux de se faire connaitre et de nouer des relations avec de nouveaux clients et des partenaires. Donc n’hésitez pas à participer au Salon Africain de la Maintenance pour booster votre activité. Je lance aussi un appel aux responsables d’entreprises pour qu’ils associent leur image à cet évènement.  Je lance un appel aux autorités qui ne ménagent aucun effort pour la formation professionnel des jeunes à nous aider pour la bonne tenue du salon.

Ecodufaso : Votre mot de fin

(ST) Je tiens tout d’abord à vous remercier pour l’intérêt que vous nous portez et aussi pour l’occasion que vous nous donnez d’expliquer notre projet. Je remercie tous ceux qui nous font confiance et qui nous accompagnent. Je veux aussi encourager tous ceux qui travaillent d’une façon ou d’une autre pour l’organisation et la réussite de cette activité. Et aussi rappeler  que le Salon Africain de la Maintenance SAMA se tiendra du 25 au 27 juin 2021 sur le site du SIAO.

Entretien réalisé par la Rédaction

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

 

Annonce publicitaire