Connecte-toi avec nous

Non classé

   |

Russie: semaine noire pour le rouble qui perd plus de 10%

La monnaie russe s’est écroulée à des niveaux records vendredi, en conclusion d’une semaine cauchemardesque qui aura vu le rouble perdre plus de 10% de sa valeur, poussant la banque centrale à sortir de son silence pour tenter d’éteindre l’incendie.
Plombée par la crise ukrainienne et la chute des cours du pétrole, la devise a perdu depuis le début de l’année le quart de sa valeur face à l’euro, près du tiers face au dollar, angoissant la population qui voit son pouvoir d’achat se réduire et convertit de plus en plus ses économies.
Dans un communiqué publié en urgence dans la soirée, la Banque de Russie a reconnu que l’effondrement de ces derniers jours présentait des «prémices» de «risques pour la stabilité financière».
Dans ces conditions, elle «est prête à augmenter ses interventions à tout moment, ainsi que d’utiliser tous les instruments à sa disposition», a-t-elle assuré, sans annoncer les mesures concrètes que certains anticipaient.
En début de journée, l’euro avait dépassé le seuil jamais vu des 60 roubles, montant peu après à 60,27 roubles, tandis que le dollar a atteint 48,64 roubles.
Le rouble avait ensuite vigoureusement rebondi alors que circulaient des rumeurs de réunion d’urgence de la banque centrale. L’euro valait ainsi vers 15H00 GMT 58,24 roubles et le dollar 46,81 dollars.
La monnaie russe est plombée depuis le début de l’année par les fuites de capitaux entraînées par la crise ukrainienne et les sanctions occidentales, et plus récemment par la baisse des cours du pétrole, qui fournit avec le gaz la majorité des revenus du pays.
Le phénomène a pris une tournure dramatique cette semaine, la monnaie russe perdant à son plus bas niveau plus de 10% par rapport à une semaine plus tôt.
A l’origine du mouvement, la banque centrale a annoncé mercredi réduire à 350 millions de dollars par jour ses interventions destinées à maintenir le rouble dans une fourchette préétablie, contre parfois plusieurs milliards jusque là.
L’institution a malgré tout assuré qu’elle continuerait d’intervenir en cas de menace pour la stabilité financière.
– Les réserves fondent –
La banque centrale a reconnu vendredi que ses décisions avaient provoqué «une augmentation de la volatilité» et a prévenu que «l’adaptation» du marché prendrait encore du temps.
Elle a défendu cependant son changement de politique, expliquant qu’elle devait permettre d’atteindre un taux de change équilibré en puisant moins dans les réserves de devises. Elle a rappelé avoir dépensé sur le seul mois d’octobre 30 milliards de dollars pour soutenir le rouble, sans enrayer sa baisse.
Les vastes réserves de devises sur lesquelles est assise la Russie ont fondu de près de 100 milliards de dollars depuis leur pic il y a un an, une baisse qui devient alarmante même si elles dépassent toujours 400 milliards.
Le ministre des Finances, Anton Silounov, a assuré de son côté à l’agence publique Ria Novosti que la chute de la monnaie de ces derniers jours présentait «un caractère spéculatif» et ne reflétait pas «les fondamentaux» du rouble.
«On assiste à une panique de grande ampleur avec des airs de crise monétaire qui s’alimente elle-même», ont averti les analyste de la banque ING.
Plus le rouble chute, plus les ménages sont tentés de protéger leurs économies en achetant des dollars et des euros, ce qui alimente le phénomène. Selon les analystes de VTB Capital, «la principale pression sur le rouble vient désormais probablement des ménages».
La population, confrontée à une inflation déjà à plus de 8% et qui, selon certains économistes, pourraient atteindre 10% début 2015, ont réduit leurs grosses dépenses, affectant de plein fouet le marché automobile ou le secteur touristique.
L’effondrement du rouble intervient avant une tournée du président, Vladimir Poutine, en Asie-Pacifique, où il doit participer à un sommet de l’Apec en Chine puis du G20 en Australie.

20minutes.fr

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.