Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Responsabilité sociale des entreprises : Moraliser l’économie

Les entreprises ne peuvent pas simplement se contenter de faire du chiffre d’affaires. Elles doivent également veiller à ce que leurs activités ne compromettent pas la vie et l’avenir des générations actuelles et futures. C’est dans cette situation que la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) prend tout son sens. Les entreprises des différents domaines d’activités l’expérimentent de plus en plus au Burkina Faso. Les sociétés minières ont même lancé un prix spécial RSE afin de promouvoir cette approche en leur sein. Les enjeux de la RSE se situent à différents niveaux.

Le concept de responsabilité sociale des entreprises (RSE) se trouve au centre des débats aussi bien au sein du milieu des affaires et du monde politique, que dans l’arène des organisations de la société civile et du monde académique. Les dénonciations de pratiques irresponsables, aidées en cela par différentes catastrophes humaines, sociales et environnementales impliquant les entreprises, ont contribué à aiguiser la conscience et la sensibilité des opinions publiques nationale et internationale sur les risques globaux qu’encourt l’humanité en cas de persistance de telles pratiques non éthiques et non durables. Le débat sur la RSE s’est ainsi développé. La RSE désigne l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes. Elle est liée à la notion de développement durable et repose sur 3 piliers fondamentaux : économique, social, environnemental. Au niveau économique, il s’agit d’assurer la qualité de service, de mettre en place une tarification équitable, de soutenir les fournisseurs locaux, de payer les factures dans les délais, de faire preuve de transparence auprès des investisseurs… Au niveau social, l’entreprise devra renforcer l’égalité des chances et la diversité, garantir l’hygiène et la sécurité sur le lieu de travail, respecter les droits des travailleurs, former le personnel,… Au plan environnementale, la RSE se traduit par l’utilisation efficace et durable des ressources naturelles telles que le pétrole, le gaz et l’eau, la réduction de l’émission des gaz à effets de serre, la limitation des déchets toxiques, la promotion de la biodiversité,…

En juin 2015, le conseil nationale de la transition (CNT) a adopté un nouveau code minier censé permettre aux population burkinabè de tirer davantage bénéfice de l’exploitation minière du pays. Selon ce code, les sociétés minières doivent créer plus d’emplois locaux, protéger l’environnement, consacrer au moins 1% de leurs chiffres d’affaires au fond de développement local,… Si ces engagements étaient respectés, il est évident que les relations entre les compagnies minières et les populations riveraines s’amélioreraient. En rappel, le Burkina Faso est le 4è producteur d’or d’Afrique. L’or est le premier produit d’exportation du pays depuis 2009. 36 tonnes extraites en 2014. Les ressources aurifères contribuent pour plus de 12% du PIB. La reddition de comptes est donc un impératif.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles