Connecte-toi avec nous

Tic & Telecoms

   |

Réseaux sociaux : Attention à votre réputation

Les réseaux sociaux Facebook, Twitter, google +, Instagram,… offrent de nouvelles et belles possibilités aux citoyens de communiquer et de s’affirmer. Un jour sans Facebook, pour ne citer que ce réseau social, serait tout simplement inconcevable pour beaucoup de jeunes Burkinabè. Il y a comme un phénomène d’addiction, une espèce de dépendance poussée à l’extrême. Mais qui parle justement de technologies et d’innovation, parle aussi d’ombres et de lumières, de face vertueuse et de face hideuse. Il faut savoir séparer la bonne graine de l’ivraie. D’où toute la problématique d’un usage raisonné et raisonnable des réseaux sociaux pour préserver sa réputation.

Dans la vie courante, un « réseau » est un regroupement d’individus ayant la même vision et poursuivant la même finalité. Le réseau évoque aussi l’idée de « groupe d’appartenance » dans la mesure où les membres s’identifient à ce réseau et œuvrent pour sa bonne marche. Sur Internet, un réseau social désigne un ensemble de personnes réunis par un lien social (familles, amis, coreligionnaires,…). A la fin des années 1990, les réseaux sociaux sont apparus sur internet pour permettre aux individus, quelque soit la distance, de maintenir ou de développer des liens affectifs, sociaux ; pour ne pas être déconnectés de leur monde. Les réseaux sociaux désignent donc les sites permettant de mettre en relation des personnes (amis, connaissances, collègues) rassemblés en fonction de centres d’intérêt communs, comme les gouts musicaux, les passions, la vie professionnelle, la recherche de l’âme sœur,… (Facebook,Twitter, Flickr, Instagram, Youtube, Skyblog,Myspace)….Ils s’inscrivent dans le cadre du web2.0. Les réseaux sociaux se sont imposés en l’espace d’une dizaine d’années pour constituer aujourd’hui de véritables phénomènes de société autant au Burkina-Faso qu’ailleurs en Afrique et dans le monde. Les réseaux sociaux en ligne s’inscrivent dans une optique de sublimation de l’image de soi. Les profils permettent de sculpter l’image que les personnes souhaitent montrer d’elles mêmes, l’utilisateur cherchant à gérer l’impression qu’il peut avoir sur les autres. Par des photos, des commentaires laissés sur le profil de ses amis, l’individu recherche l’approbation de ses pairs et se met ainsi en scène.

Les enjeux de l’E-réputation

En allant sur Internet, nous laissons des traces. Nous véhiculons une certaine image, une identité. Ces éléments sont forgés à partir de nos publications, de nos amis, de nos centres d’intérêt, de nos statuts,…L’e -réputation est la réputation en ligne ou l’identité numérique d’une personne sur internet (personal Branding).Cette e -réputation est entretenue par tout ce qui concerne cette personne et qui est mis en ligne sur les réseaux sociaux, les blogs ou les plates-formes de partage de vidéos. Aujourd’hui, on consulte de plus en plus internet et les réseaux sociaux pour rechercher des informations sur quelqu’un, que ce soit dans un contexte professionnel (recruteurs, clients, collègues, etc.) ou personnel (amis, amis d’amis, voisins, conjoints, etc.). Cette pratique est d’ailleurs devenue si courante qu’on emploie l’expression «googliser quelqu’un » quand on recherche des informations sur cette personne sur un moteur de recherche (type Google). Il est donc très important de contrôler et de maitriser son image numérique car elle est accessible par tous. Si vous postulez pour être recruté comme comptable et que le manager de l’entreprise se rend compte en visitant votre compte Facebook que vous passez votre temps à dilapider l’argent dans des soirées mondaines, il réfléchira par 02 fois avant de vous faire appel. L’e-réputation est donc d’un enjeu stratégique.Autant les réseaux sociaux sont de formidables outils, l’expression d’une culture de la modernité, autant ils peuvent réduire en lambeaux et en une fraction de seconde, une personnalité numérique, une e-reputation à cause d’un usage démesuré, malhabile et peu orthodoxe. Les mésaventures de Dominique Strauss Kahn (DSK) ont été grandement amplifiées par les réseaux sociaux. Le défi consistera donc à exploiter judicieusement ces moyens de communication pour mieux communiquer, se légitimer et se crédibiliser auprès de tous ses contacts.
Aujourd’hui, les jeunes Burkinabè sont permanemment connectés. Les groupes se créent à tour de bras autour de motivations diverses et au nom de l’idéal démocratique. Sur les murs de certains jeunes, on retrouve souvent la description « garçon choco », « go 5 Etoiles »,… Il existe aussi des groupes aux motivations diverses : « Débat politique », « tirs croisés », « la transition burkinabè en question », « pour un Burkina Culturel émergent », « Love city », « rencontres sérieuses en vue de mariage », « Marre d’être célibataires », « yo man Ya kel Ken », « fais-moi rire ou meurs »,…Chacun, tente par tous les moyens d’exister ou d’attirer l’attention sur lui. Si les jeunes Burkinabè sont très friands des réseaux sociaux et notamment de Facebook, il n’en demeure pas moins que certains en font un usage peu recommandable.

Aperçu des dérives

Les dérives et manquements sont de plusieurs ordres. Il en est ainsi de la légèreté (absence de maturité dans les propos, étalage de problèmes privés en public,…), des injures et autres accusations sans preuves, de l’extravagance (publication de photos matérialisant son aisance financière ou matérielle). Il y’a aussi les abonnements à des pages ou les inscriptions a des groupes érotiques, l’incitation à la haine, à la xénophobie, a l’ethnicisme, au racisme, la diffusion d’images choquantes et dégradantes, l’apologie de la violence (à travers un partage ou une simple mention « j’aime »),… Tous ces manquements contribuent à ternir notre image et notre e-réputation.

Que faire pour un usage optimal des réseaux sociaux ?

Gérer sa réputation numérique est utile pour chercher un emploi, se faire connaître, proposer des services (consultant, freelance,…), valoriser son expertise, booster sa carrière, faire des rencontres. Il faut être rigoureux et méthodique sur les réseaux sociaux. Il convient donc de respecter certaines exigences :
Trier ses amis Facebook : sur Facebook il est plus prudent de n’ajouter que les gens que l’on connait réellement, ou alors quelqu’un qui nous a été recommandé par une personne de confiance. Il faut penser à mettre à jour sa liste d’amis régulièrement.
Gérer son statut : le statut est la publication la plus personnelle de Facebook. C’est à travers lui que l’on s’exprime et c’est lui que nos amis voient en priorité. Selon le statut, il peut être préférable de ne le monter qu’à certaines personnes ou listes, ou au contraire de le rendre invisible pour certains :

A ne pas publier en statut Facebook
• Eviter de dire si l’on part en vacances et pour combien de temps. Cette information pourrait servir à d’éventuels cambrioleurs
• Eviter de livrer des informations trop personnelles : un numéro de téléphone, une adresse, un emploi du temps, ou encore dire si on est tout seul chez soi (sans ses parents par exemple).
Cela pourrait rendre service à une personne mal intentionnée. Il vaut mieux utiliser les messages privés pour partager ce genre d’information avec des amis de confiance.
Changer régulièrement son mot de passe : pour éviter les risques de piratage de vos comptes
Soigner son apparence : Une bonne photo de vous est une première impression qui peut être bien plus forte que les mots. En cherchant votre nom, il vaut mieux que le recruteur potentiel ait la meilleure image possible de vous. Exit les photos de lycée, les photos de soirées ou autres …Choisissez-en une simple, présentable.
Distinguer sa vie personnelle de sa vie professionnelle. Séparez le contenu qui relève de la vie publique auquel pourra accéder un recruteur et celui qui relève de la vie privée, réservé à la famille et a un cercle d’amis.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles