Connecte-toi avec nous

Développement

   |

REN-LAC : La corruption dans le secteur de la santé au cœur des 13ième Journées Nationales du Refus de la Corruption

La 13ième édition des traditionnelles Journées Nationales du Refus de la Corruption (JNRC) sera célébrée du 1er au 10 décembre 2018. En prélude à cette commémoration, le Réseau National de lutte anti-corruption (REN-LAC) a organisé une conférence de presse, le   mercredi 27 novembre   2018   dans   ces   locaux à   Ouagadougou, pour marquer le lancement officiellement des activités.

Les journées nationales du Refus de la Corruption (JNRC) se   tiendront cette année   du 1er au   10 décembre 2018 sous   le thème : « La   corruption dans   le secteur de   la santé : manifestations, impacts, responsabilités des gouvernants, rôles et place des populations dans   la lutte ».

S’inscrivant  dans  le   cadre  de  la   commémoration    de  la  journée   internationale   de la lutte   contre   la  corruption   qui  a lieu   le  9   décembre   de   chaque   année  ,  les JNRC  constituent  selon le Secrétaire Exécutifs du REN-LAC , Claude  Wetar  « un véritable   cadre   de  sensibilisation  des  populations  sur  les  méfaits  de la   corruption et  d’interpellation  des  pouvoirs publics   pour   la  prise de mesures vigoureuses  en  vue  de lutter  plus   efficacement contre   le  phénomène ».

La 13ième édition des traditionnelles journées nationales du refus de   la   corruption (JNRC) intervient dans   un contexte caractérisé   au plan   international et africain par la   poursuite   des scandales de corruption et de   malversations financières   touchant toutes les   sphères de   la société y compris les pouvoirs   politiques.

Au plan national, la situation est caractérisée par la persistance voire l’accentuation, la mal gouvernance et des   pratiques de corruption dans les   secteurs publics.  Alors   que le   phénomène semblait   amorcer une   baisse, selon   les   résultats   des   sondages 2015-2016 du REN-LAC, ceux   des sondages 2017, ont révélé une recrudescence de   la   perception   des   faits   de   corruption.

En effet, le   rapport   2017 du REN-LAC    sur   l’état de   la corruption au   Burkina Faso   qui classe   la   santé   au   13ème rang des services publics les plus c touchés par la corruption, pointe du doigts les   rackets de patients   lors des consultations, les   détournements de matériels et   des médicaments couverts   par   la   gratuité, ainsi   que   les   détournements    de malades   vers les centres de   santés privés.   Ces éléments sont renforcés par des   résultats d’une   étude spécifique, réalisée   courant 2017   et éditée en 2018 par le REN-LAC. En   plaçant   cette 13ième édition   sous   le signe de   la corruption   dans   la santé, « le REN-LAC   veut   mettre   ce secteur au cœur des priorités de la lutte   anti-   corruption en   2019 » a expliqué Monsieur Claude Wetar.

Comme à l’accoutumée, les activités commémoratives   de cette   13ème édition auront lieu   à   Ouagadougou et dans   les cinq régions   abritant les   comités   régionaux anti-  corruption. Il   est  prévu  un  panel   sur   le  thème   des  JNLC  le  mardi   4 décembre   à la  salle  de   l’Institut  supérieur   des  Sciences de  la  santé  et  de  la  population  de   l’Université   Ouaga  I ,le  lancement  officiel   de   la   plateforme d’information anti-corruption Veenem AC ,  dans  le cadre du  projet  «  Accroitre la   participation   citoyenne à  la   lutte   contre   la  corruption et   à  la  redevabilité publique  à  travers  une  plateforme d’information anti- corruption  » ; etc.

Ces   différentes   activités visent selon   le   secrétaire exécutif du REN-LAC à   mettre   en   exergue les manifestations de la   corruption dans   le   secteur   de la   santé, l’impact   sur l’accès   des populations aux   différentes prestations et les   insuffisances du dispositif de lutte contre la   corruption dans   ce secteur.  Il a par ailleurs   précisé   qu’il s’agit avant tout de   mettre   les autorités   et les   acteurs   du secteur   de la santé   face   à leurs   responsabilités, et de   renforcer la   prise   de   conscience au sein   des populations en   suscitant en elles des initiatives citoyennes de lutte contre la   corruption.

Kossi Fiakofi (Stagiaire)

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.