Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Rémunération des agents de l’Etat: 21 jours pour des suggestions et amendements

Le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba a lancé officiellement, le mercredi 28 février 2018 à Ouagadougou, la conférence des forces vives de la nation sur les conditions de rémunération des agents de l’Etat. Les participants ont 21 jours pour faire des suggestions et amendements afin de valider le document à eux soumis.

Trois semaines. C’est le temps qu’il faut aux forces vives de la nation pour valider le document contenant les conditions de rémunération des agents de la fonction publique. Le Premier ministre (PM) Paul Kaba Thiéba a ouvert les débats, le mercredi 28 février 2018, à travers le lancement de la conférence des forces vives de la nation sur les conditions de rémunération des agents de l’Etat.

Les concertations nationales sur le système de rémunération des fonctionnaires de l’Etat, selon le chef du gouvernement burkinabè, visent à trouver des solutions aux revendications tout azimut au Burkina Faso. M. Thiéba a indiqué que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, lors de son adresse à la nation du 31 décembre 2017, annonçait une réforme de la masse salariale des fonctionnaires le mois de février 2018.

1-Des participants au lancement au lancement de la conférence

1- Des participants au lancement au lancement de la conférence

Pour lui, ces échanges vont permettre de diagnostiquer et d’analyser le système de rémunération des travailleurs publics, en vue de tendre vers une nouvelle approche pour une fonction publique pérenne et performante au Burkina Faso.

Le Premier ministre a expliqué que les revendications sociales tendent à mettre à péril le système de fonctionnement de l’administration publique. Paul Kaba Thiéba a, par ailleurs, signalé que ces présentes assises sur la question majeure (salaire) constituent une opportunité pour les forces vives de la Nation de plancher sur la situation dans l’optique de mieux envisagé l’avenir de la fonction publique.

Selon lui, un document sera remis aux participants, qui ont trois semaines soit vingt-deux(21) jours pour passer au peigne fin, leurs suggestions ou amendements. «Le gouvernement attend de ces concertations consensuelles des solutions concrètes qui vont enrichir le document pour sauver notre fonction publique», a soutenu le chef du gouvernement.

A cet effet, lesdits documents ont été remis aux partenaires sociaux (syndicats), au patronat, aux partenaires techniques et financiers, aux forces vives pour consultation et amendement.

Le Premier ministre a souligné qu’il s’agit de réfléchir tous ensemble sur la pérennité de   la fonction publique burkinabè et l’économie nationale. M. Thiéba a précisé que l’administration publique a pour objectif d’assurer un accès équitable des citoyens aux services d’éducation, de santé, de logement, etc. «Il faut que l’équilibre de la masse salariale soit compatible avec l’équilibre macro-économique du Burkina», a- t-il ajouté.

Alfred KANON

ecodufaso.com / Ecodafrik.com

 

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles