Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Réduction des risques de catastophes: Anticiper les crises

Un pays peut être confronté à une catastrophe à tout moment. Il faut donc des mesures préventives. C’est en cela que la réduction des risques de catastrophes trouve toute sa pertinence. En cette saison des pluies, le concept prend une importance encore plus grande pour le Burkina Faso. Il faut anticiper les urgences et renforcer la résilience.

Lors d’une urgence humanitaire, la rapidité et l’efficacité de la réponse est cruciale. Cependant, la bonne mise en œuvre de l’action dépend des systèmes en place avant qu’une catastrophe ne survienne. Une réponse qui n’est pas adaptée ou développée à temps peut avoir des conséquences désastreuses, comme la perte inutile de vies, de ressources, de maisons et de moyens de subsistance. La réduction des risques de catastrophes (RRC) permet de prévenir, de préparer et de réduire les effets des catastrophes, c’est-à-dire de prévoir, de prévenir ou de mitiger l’impact sur les populations vulnérables et de répondre efficacement aux conséquences d’une crise.
Dans le but d’éviter certaines catastrophes qui résultent de capacités limitées en matière de prévention, de préparation, de disponibilité des outils de réponse telles que des infrastructures et les kits d’urgence adaptés, la réduction des risques vise pour partie à la préparation logistique des communautés en amont, avec notamment la mise en place de stocks de contingence (bâches, kits d’abris et autres biens de première nécessité, rations alimentaires, etc.), des programmes de planification des interventions (abris, formations aux premiers secours et au sauvetage, sensibilisations au traitement de l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement, mise en place de procédures et de points d’évacuation, etc.) ainsi que des mécanismes de préparation communautaires.

La posture avant-gardiste du Burkina Faso

Le 09 juillet dernier, le ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale a validité le plan d’action national de renforcement des capacités pour la réduction des risques de catastrophes. Ce plan repose sur 04 axes prioritaires dont la compréhension des risques et catastrophes, le renforcement de la gouvernance et des institutions chargée de gérer les catastrophes, l’investissement dans la résilience, le renforcement de l’état de préparation aux catastrophes pour intervenir de manière efficace. C’est dans cet esprit que se situe la création de la plate forme nationale de RRC qu’est le conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR). Ce conseil est chargé de veiller à l’intégration des risques de catastrophes dans les plans et programmes de développement, d’adopter les plans et stratégies d’intervention, d’assurer le plaidoyer, la mobilisation et le soutien en faveur de la prévention et de la gestion de secours d’urgence et de réhabilitation,…
Au Burkina Faso, l’approche RRC est prise en compte à travers plusieurs dimensions. La dimension prévention se traduit par des actions de formation, d’information, de sensibilisation et d’éducation à tous les niveaux (élus locaux, communautés, professionnels de divers métiers, exercice de simulations…) pour l’adoption de nouveaux comportements face aux risques qui surviennent dans notre pays et la mise en œuvre de mesures de lutte contre les vulnérabilités. La dimension secours en cas de catastrophes consiste à sauver les populations victimes de catastrophes à travers les secours d’urgence (sauvetage) et l’aide humanitaire dans plusieurs domaines (alimentation, santé, éducation, hébergement, eau, hygiène et assainissement …). Pour une réponse efficace, rapide et coordonnée, le Burkina Faso s’est doté d’un plan de contingence multirisque de préparation et de réponse aux catastrophes. Ce plan de contingence est renforcé par les plans « organisation des secours » (ORSEC). Le pays dispose aussi d’une stratégie nationale de prévention et de gestion des risques et catastrophes couvrant la période 2013 à 2017. Cette stratégie vise à doter le Burkina Faso d’institutions fortes de prévention et de gestion des catastrophes et crises humanitaires, doter le Burkina Faso d’outils pertinents de prévention et de gestion des catastrophes et crises humanitaires, réduire la vulnérabilité globale du pays aux catastrophes et crises humanitaires. Mais au delà du pays, la RRC est d’abord une affaire individuelle. Chaque citoyen est donc interpellé à adopter le comportement qui sied.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles