Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Réalisation des infrastructures scolaires et sanitaires du PSUT : Les taux …

Réalisation des infrastructures scolaires et sanitaires du PSUT : Les taux d’exécution varient entre 30 et 50% dans le Centre

Le gouverneur de la région du Centre, Joachim Somda, a visité, les 4 et 5 septembre 2015, les chantiers de réalisation des infrastructures scolaires et sanitaires du Programme socio-économique d’urgence de la Transition (PSUT) de sa zone de tutelle sur initiative dudit programme.

Les travaux de réalisation des infrastructures scolaires et sanitaires du Programme socio-économique d’urgence de la Transition (PSUT) dans la région du Centre avancent bien. C’est le constat fait par le gouverneur de la région du Centre, Jaochim Somda, les 4 et 5 septembre 2015 au cours de sa tournée sur les chantiers du PSUT de sa zone de tutelle. Le Centre bénéficie de cinq complexes scolaires et deux Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) dans le cadre du PSUT. La première étape de la tournée du gouverneur a été consacrée aux écoles dont l’exécution est assurée par l’entreprise Pressimex-Someta. Chaque complexe scolaire est composé d’un bâtiment à trois (3) classes, d’un bureau, d’un magasin, d’un logement pour enseignant et des latrines. De Saaba au secteur n° 30 dans l’arrondissement n° 07 de Ouagadougou, en passant par le village de Dayougsi dans la commune de Komsilga via Tintilou dans la commune de Komki-Ipala et à Gouma dans la commune de Tanghin-Dassouri, les ouvriers sont à l’œuvre, chacun met la main au «ciment». Car, le délai contractuel pour les écoles est prévu pour le 23 octobre prochain. Sur le site de Saaba, les travaux sont au chaînage. C’est d’ailleurs, de l’avis du directeur général de Pressimex-Someta, Constant Zoungrana, le chantier le moins avancé. «A Gouma et Saaba, nous n’avons pas la possibilité de faire les livraisons à temps plein. En cas de pluie, il faut attendre 3 à 4 jours pour accéder aux sites», a-t-il ajouté. En plus des contraintes liées à l’hivernage, M. Zoungrana a souligné le mauvais état des routes, si fait que ses ouvriers sollicitent souvent les services des charretiers pour acheminer le matériel. La deuxième étape a conduit la délégation le 5 septembre sur les chantiers des CSPS du secteur n° 27 quartier Pissy dans l’arrondissement n° 6 et de Bassinko dans l’arrondissement n° 8. Là-bas, les travaux avancent bien, à en croire les premiers responsables de l’entreprise Hamado- Ilboudo, du nom de son directeur général. Ce dernier a affirmé attendre le décaissement des fonds de la part du PSUT pour entamer le tôlage et les charpentes. Malgré les difficultés, les entreprises se sont voulues rassurantes. «Les délais seront respectés», ont dit les responsables des entreprises Pressimex-Someta et Hamado-Ilboudo.

Des résultats encourageants

Joachim Somda 3Au niveau des services techniques, il se dégage une certaine satisfaction. Selon le contrôleur des travaux, Joseph Batoko, les résultats engrangés par les entreprises sont «très encourageants», étant donné que Pressimex-Someta a débuté ces chantiers le 14 août dernier. «Il y a deux semaines, nous étions passés. Nous avons vu que l’état d’avancement des travaux était à 1,6%. A la date du 31 août, il était à 20%. Et aujourd’hui nous sommes à 30%», a expliqué M. Batako. Et d’ajouter qu’au 15 septembre, l’entreprise pourra atteindre 60%. «Si l’entreprise continue dans cette lancée, il n’y a pas de raison qu’à la date de fin octobre les infrastructures ne soient pas livrées, comme prévue contractuellement», a fait savoir le contrôleur en guise d’assurance au gouverneur. Les travaux des CSPS sont évalués à entre 40% et 50%. Le chef de la division suivi -évaluation du PSUT, Jacques Bonkoungou a laissé entendre que chaque entreprise a des délais contractuels de 4 mois pour la réalisation des différentes infrastructures scolaires et sanitaires. «Au niveau du PSUT, nous avons signifié à l’ensemble des entreprises qu’aucun retard ne sera toléré», a-t-il souligné. Dans l’exécution des travaux, le PSUT met l’accent sur les questions de qualité des infrastructures, foi de M. Bonkoungou. Le gouverneur de la région du Centre, Joachim Somda, s’est réjoui de l’état d’avancement des chantiers. Tout en encourageant les entreprises, il les a appelés à tout mettre en œuvre pour rendre les infrastructures à bonne date dans le but de soulager les populations bénéficiaires. Pour lui, sa visite a pour objectif d’assurer un suivi de proximité des travaux. Dans le cadre du PSUT, 76 complexes scolaires et 80 centres de santé sont en chantier sur toute l’étendue du territoire national.

Djakaridia SIRIBIE
Collaborateur
sidwaya.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles