Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Rapport CPIA 2018: Le Burkina Faso dans le top 10 des pays de l’Afrique subsaharienne

La presse a été conviée le 12 septembre 2018 au rendez-vous annuel du Groupe de la Banque Mondiale. Le Groupe publie chaque année le rapport d’évaluation des politiques et institutions nationales en Afrique (CPIA).

Chaque année, le rapport CPIA (Country Policy and Institutional Assessment) de la Banque mondiale évalue la qualité des politiques et des institutions de ses pays membres. Le présent rapport couvre l’année 2017 et présente une note moyenne de 3 ,1 pour l’Afrique subsaharienne.  Cette note traduit la mise en place par les différents pays des politiques qui ont stabilisé le cadre macroéconomique.

note globale cpia

Le Pays des Hommes intègres s’en sort avec la notation de 3,6 sur une échelle d’appréciation de 1 à 6. Il fait partie du top 10 des pays de l’Afrique subsaharienne. Le Rwanda  vient en tête avec le score le plus élevé 3,6, Sénégal 3,8 , Cap Vert, Kenya et Tanzanie avec 3 ,7 ,  Ghana et Ouganda 3,6 , Bénin 3,5 et 3,4 pour la Côte d’Ivoire.

La notation CPIA permet de favoriser des initiatives, et une appropriation des données par les acteurs pour permettre une meilleure auto-évaluation. De l’avis de l’économiste de la Banque Mondiale pour la région Afrique, Albert Zeufack « Le CPIA est un outil d’évaluation qui permet  aux acteurs locaux de suivre l’évolution des politiques économiques et des institutions dans leur pays, et de nourrir un débat national sur ces questions. »

En ce qui concerne la structuration de l’étude, il a été mis en place 16 indicateurs regroupés en quatre clusters (pôles). Il s’agit entre autres de la gestion économique, les politiques structurelles (commerce extérieur, finances publiques), la politique d’inclusion sociale (éducation, santé, égalité de genre) et la bonne gouvernance (redevabilité et transparence). Ces critères fondamentaux qui forment donc le dessein du CPIA.

Durant l’exercice 2017, la Banque mondiale a approuvé une enveloppe de 11,8 milliards de dollars au titre de 145 projets, dont 1,2 milliard de dollars de prêts de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et 10,7 milliards de dollars d’engagements de l’Association internationale de développement (IDA).

Le Burkina Faso a maintenu sa note CPIA 2016 à 3.6 sur 6.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com / Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles