Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Rapport 2017 de l’ARCOP : 7 entreprises exclues en 2017 contre 23 en 2016

 

L’autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) a rendu public le 4 septembre 2018 le rapport de ses activités 2017. C’était au cours d’une conférence de presse tenue à Royal Beach à Ouagadougou en présence des Hommes de médias burkinabè.

 

Remis officiellement le 27 Aout 2018 au chef du gouvernement, le rapport 2017 de l’ARCOP a été rendu public ce 4 septembre. Il est structuré en dix chapitres. Il en ressort que 2 803 marchés, d’une valeur de 322 671 111 801 francs CFA, ont été conclus au titre des ministères, institutions et autres structures centrales de l’Etat.

La répartition selon le mode de passation fait ressortir au titre des appels d’offres ouvert 195 814 800 612 FCFA ; des demandes de propositions 29 494 939 708 FCFA, des demandes de prix 8 729 609 132 FCFA ; des appels d’offres restreints 972 889 114 FCFA, des consultations des consultants 277 176 970 FCFA, des demandes de cotations 33 963 130 597 FCFA et des ententes directes, 83 333 976 668 FCFA.

Suivant la nature des prestations, les travaux publics viennent en tête avec 218 419 147 981 de FCFA, suivis des fournitures et services courants 69 349 632 761 FCFA et des prestations intellectuelles 34 902 331 059 FCFA.

L’organe de règlement des différends (ORD) a traité en 2017, 1 153 requêtes. Il a tenu 114 sessions et pris 1009 actes. Parmi ces requêtes 947 concernent les plaintes des soumissionnaires, 129 demandes de conciliation, 51 demandes de retrait de décision ORD, 15 dénonciations et 11 autres portant sur des motifs divers.

Par ailleurs, 7 entreprises ont été exclues en 2017 contre 23 en 2016, notamment pour falsification de documents ou refus d’exécution des ordres de l’organe de règlement des différends (ORD) ou encore pour falsification de procès-verbaux.

 

Les journalistes à la conférence de presse

Les journalistes à la conférence de presse

Selon le président de l’ARCOP Dramane Millogo, les marchés publics sont un élément important dans l’appréciation du climat des affaires dans un pays. Il a donc invité les acteurs à dénoncer systématiquement et à fournir des informations pertinentes sur les faits incriminés dans le but de faciliter la conduite des enquêtes.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles