Connecte-toi avec nous

Développement

   |

RAMADAN 2015 : Hausse des prix

A jour j-1 de la fête de ramadan, nous avons sillonné quelques marchés de la ville de Ouagadougou. Le constat est que les prix de certaines denrées alimentaires, telles que le les condiments et la viande ont connu une hausse significative. Mais les autres produits de grande consommation tels que le riz, l’huile et le sucre sont restés inchangé.

Les prix de certaines denrées alimentaires ont connu une hausse significative en cet après midi du 16 juillet 2015. Et pour cause, la fête du ramadan, qui marque la rupture du jeûne sera fêté demain, si toute fois la lune est apparue. C’est le constat qui se dégage de la plus part des lieux de vente que nous avons sillonnés dans l’après midi du 16 juillet 2015. Il était 16 h lorsque nous arrivions au marché de Katre Yaar, au secteur 30 de la ville de Ouagadougou. « Missié y a condiments », lance une vendeuse de légume. Après introduction, elle accepte de nous faire le commentaire des prix. Tout a augmenté, nous a-t-elle dit. Le gros sac de choux qu’elle achetait en gros à 30 000 F CFA est passé à 35 000F CFA. Ce qui l’oblige à vendre les choux habituellement vendus à 100F, à 150F CFA. Juste en face de cette dernière, se trouvait une autre. Elle accepte le principe du reportage, mais ne veut pas donner son nom, de peur de provoquer la colère de son époux. Chez elle, le prix de la laitue n’a pas augmenté, nous a-t-elle indiqué. Chez elle, le tas de 3 concombres est vendu à 250F CFA. Le tas d’oignon est vendu à 500 F CFA. Celui de la pomme de terre (environ 1/5 kg) coûtait 1000F CFA. Au niveau des autres denrées alimentaires telles que l’huile, le riz, les pâtes alimentaires rien n’a augmenté a dit Ismaël Kaboré, revendeur d’articles divers. Ses propos sont soutenus par ceux de Valérie Badolo/ Tapsoba, une ménagère venue pour les achats. Mais elle a reconnu que les condiments ont connu une augmentation anormale. Bien qu’elle ne soit pas musulmane, elle subi les effets de la fête. Les prix des animaux ont aussi connu une augmentation fulgurante, nous a dit le boucher Bouba Ilboudo.

Ramadan 2015 2

A l’en croire, le mouton qui coûtait 30 000 F CFA avant la fête est vite passé à 45 000F CFA. Ce qui a eu une répercussion sur le marché. Après le marché de Katre Yaar, le cap est mis sur le marché des 1200 logements ou encore « Nabi Yaar ». Là, on note la flambée des prix de la volaille. Issouf Kounda raconte « Il est vrai que les prix se sont envolés, mais le plus gros problème reste la disponibilité de la volaille, à cause de la grippe aviaire. Beaucoup de gallinacées ont été abattus » a-t-il dit. La plus part des commerçants ou vendeurs que nous avons rencontrés ont indiqué que leurs produits ne se vendent pas bien comme les années précédentes.

Mounbarak SILGA
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Légende
1- Des choux qui attendent les éventuelles clientes
2- Un attroupement au tour de la volaille

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles