Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Protection sociale : le Projet « Filets sociaux » accompagne 43 000 femmes bénéficiaires du premier transfert

L’une des bénéficiaires du premier paiement

43 000 femmes victimes ou affectées par la maladie à coronavirus de la commune de Ouagadougou et sa périphérie vient de recevoir chacune 20 000 F CFA, le 26 mai 2020, comme premier paiement de cash transfert. C’est un soutien du gouvernement burkinabè qui s’étale sur une période 3 mois.

Il s’agit d’une action qui vise l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables, face à la pandémie du COVID-19. Ce sont u total 3000 ménages pauvres directement touchés par le COVID-19, 20 000 ménages vulnérables et 20 000 vendeuses de fruits et légumes vulnérables des marchés et yaars, toutes des communes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso et leurs périphéries. « Elles ont été choisies suivant les critères de vulnérabilité du projet filets sociaux que sont : le niveau de revenu, la taille du ménage, le nombre de repas pris par jour et l’existence éventuelle d’une situation de handicap », explique la ministre de l’Action sociale, de la famille et de l’action humanitaire, Laurence Ilboudo. « Avec le démarrage des paiements des premiers cash transfert, ce sont environ 2 milliards 580 mille F CFA qui seront versés à 43 000 bénéficiaires directes à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, soit 301 000 bénéficiaires indirects », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, il est prévu une extension des transferts à 50 000 ménages vulnérables des zones rurales touchées, au cas où le virus se propagerait dans tout le Burkina Faso.

Les montants seront directement perçus via des transferts monétaires effectués par YUP Burkina, une filiale de la Société générale des banques du Burkina Faso (SGBF).

Juste Bancé (Collaborateur)

Ecodufaso.com/Ecodafrik

Annonce publicitaire