Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Promotion des PME au Burkina Faso : Fin de l’atelier de validation de l’avant-projet de loi d’orientation et du projet de charte

Les portes de l’atelier de validation de l’avant-projet de la loi d’orientation et du projet de la charte des PME se sont refermées le vendredi 24 juillet 2015 dans la salle de conférence de Royal Beach Hôtel à Ouagadougou. Des conclusions de ces 48heures de travaux, a découlé un rapport général de l’atelier comportant des projets de textes relus, qui seront adoptés en Conseil des ministres et dont le CNT aura par la suite la charge de voter le projet de loi définitif.

Ceci est un constat : les Pme/pmi constituent une forte proportion dans l’économie nationale. C’est donc fort convaincu de cela que l’atelier national de validation de l’avant-projet de loi d’orientation et du projet de charte des PME s’inscrit dans la dynamique de la promotion des PME au Burkina Faso. Objectif principal, « créer un environnement favorable pour faire des pme/pmi un véritable levier d’une croissance économique accélérée et inclusive au Burkina Faso. » Et pour y arriver l’élaboration de ces projets de textes était avérée. Et à en croire M. Sibiri Sanou, Secrétaire Général du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’Artisanat (MICA), représentant le ministre de tutelle, cette initiative est opportune, car son aboutissement sera une ouverture à l’accompagnement du gouvernement en rapport avec le secteur privé. Ceci devrait permettre donc de donner « beaucoup plus de moyen, et justement d’offrir un espace qui puisse permettre aux pme/Pme d’exercer pleinement leurs activités » a souligné M. Sanou.
L’atelier qui a réuni les directeurs régionaux du ministère, les représentants d’institutions et ministères, les secrétaires permanents, les partenaires techniques et financiers, les directeurs régionaux, a été aussi une tribune d’échanges directs et francs entre les différents acteurs.

 

Mme Lydie KientegaEt pour Mme Lydie Kientega, Conseillère technique, tous les aspects entrant dans le cadre de la promotion des Pme ont été abordés durant l’atelier. IL s’agit notamment, de l’examen du budget de loi, les mesures d’accompagnement, la relecture de charte qui constitue une convention entre l’Etat et le secteur privé, d’où sont définies les obligations des deux parties. A termes, ces projets de textes pourront contribuer à améliorer la compétitivité des Pme, et partant leur développement.

Participants PME

Encadré : Recommandations issues de l’atelier (source : extrait du Rapport général de l’atelier)

Principales recommandations et résolutions de l’atelier
a- Au titre de l’avant-projet de loi d’orientation pour la promotion des Pme au Burkina Faso
– Etayer certaines affirmations par des éléments chiffrés au niveau de l’exposé des motifs ;
– Mettre en exergue les contraintes liées à la disponibilité et l’accessibilité de l’énergie ;
– Préciser le but et champ d’application de la loi ;
– Prendre des dispositions pour rendre opérationnel le fonds de financement et de promotion des pme créé par la loi n°023-2013/AN du 30 mai 2013 ;
– Qu’une volonté politique soit affichée pour l’atteinte des résultats escomptés des projets de textes de promotion des Pme notamment en ce qui concerne l’octroi d’une proportion des marchés publics reconnus aux PME.
b- Au titre du projet de charte des Pme
– Faire une lecture croisée avec les dispositions du projet de loi d’orientation sur la promotion des Pme pour s’assurer qu’il n’y a pas de contribution,
– Se rapprocher de l’Autorité de régulation de la commande publique pour faire prendre en compte dans la législation relative au marché public qui serait en relecture.
c- Au titre du projet de décret portant attributions, composition et fonctionnement de la Commission Nationale des Pme
– Créer un chapitre nouveau relatif à la création de la commission nationale des Pme ;
– Réduire le nombre de membre de la commission et préciser qui en en assure la présidence ;
– Etudier les frais liés au dépôt de dossier et de retrait de l’arrêté de reconnaissance pour qu’ils ne soient pas prohibitifs ;
– Préciser la périodicité des rencontres de la commission ;
– Ramener un seul exemplaire du dossier ;
– Etudier la faisabilité de créer des commissions régionales pour tenir compte de la décentralisation.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Légende
1- Les officiels présents ont été attentifs aux recommandations
2- Mme Lydie Kientega, explique le contenu de l’atelier
3- Vue des participants

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles