Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Programme National de Gestion des Terroirs 2 (PNGT2-3) : Le bilan à …

Programme National de Gestion des Terroirs 2 (PNGT2-3) : Le bilan à mi-parcours jugé satisfaisant

La troisième phase du deuxième Programme National de Gestion des Terroirs (PNGT2-3) prend fin en 2018. Les acteurs concernés ont réuni les médias nationaux le lundi 25 avril 2016 dans la salle de conférence du Conseil Régional du Centre, autour d’une conférence de presse pour faire le point sur le bilan à mi-parcours du programme.

D’une durée de cinq (5) ans le PNGT2-3 est financé par la Banque Mondiale et l’Etat burkinabè. Pour la mise en œuvre de la deuxième phase du programme, l’objectif principal est de « Renforcer les capacités des communautés rurales et des structures décentralisées pour la mise en œuvre des plans locaux de développement qui favorisent la gestion durable des terres et des ressources naturelles et les investissements rentables au niveau des communes.» Chose pratiquement faite au vue des résultats atteints entre 2013 et 2015, malgré les crises répétitives qu’a connues le Burkina. Dites crises qui ont provoqué des changements dans la gestion au niveau des municipalités, selon les conférenciers du jour. En effet, il ressort en termes d’actions réalisées, qu’entre 2013-2015, « 287 communes rurales sur les 302 , ont reçu un appui du programme pour l’élaboration de leur plan communal de développement ; 6 612 personnes, dont 13 ;79% de femmes ont été formés, sur 14 thèmes au profit des acteurs du développement local (membres des conseils municipaux, les délégations spéciales, l’administration communales, etc. ; l’appui à la délivrance de 100 attestations de possession foncière rurale à 100 femmes dans la Région des Cascades ; la réalisation de 857 micro-projets communaux et 13 micro-projets régionaux en 2014 et 2015 (…)» Ce bilan a mi-parcours donne de quoi se réjouir en croire le Chargé de projet de la Banque Mondiale , Emmanuel Nikiema. Selon lui, la dynamique du développement à travers le PNGT2-3 est effective malgré la crise. En témoigne la réalisation effective des actions engagées avec des résultats d’exécution estimée à 80%. Ce qui a fait dire au Coordonnateur du PNGT2-3, Suleymane Nassa qu’au vue de ces résultats encourageants, il faut agir vite en menant une réflexion sur les acquis du programme ainsi que sur tout ce qu’il y a comme accompagnement des acteurs.

PNGT2-3/2013-2018: 20 milliards restants pour le financement des investissements des communes et régions

Les résultats de cette première évaluation à mi-parcours laisse voir en effet que de nombreuses actions ont été réalisées dans les communes rurales et Régions grâce au programme, en témoigne aussi les chiffres. En effet, au total 6,5 milliard de F CFA ont été mis à la disposition des communes rurales et des Régions pour le paiement des investissements en 2014-2015. Mais à en croire le Chef de service Suivi-évaluation du Programme, Dominique Zongo, il reste encore 20 milliards de F CFA disponible à mettre à la disposition des communes rurales et des Régions pour le financement des investissements qu’elles auront identifiés et programmés d’ici la clôture du projet prévue en 2018. Cette gestion idoine des ressources financière a aussi été saluée par la Banque Mondiale.
En attendant donc 2018, année de clôture du programme ainsi que l’issue des prochaines élections municipales au Burkina, les journalistes se sont attardés sur les perspectives du programme après 2018. Et à cette question, les conférenciers ont préféré garder la discrétion et disent que la suite à donner se fera en 2018 sans doute après l’exécution complet de la présente phase du programme. Les interrogations sur le processus de gestion des ressources financières allouées aux communes rurales et Régions sont revenues. Il ressort sur ce point que chaque commune rurale et régions en fonction de son projet de développement dispose d’une enveloppe allouée pour la circonstance et les autorités municipale de la localité en question est responsable de la gestion de cette enveloppe financière.

Pour l’heure, le PNGT2-3 a progressivement développé un capital d’expertise interne dans divers domaines se rapportant au développement rural, au développement local et à la gouvernance locale.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles