Connecte-toi avec nous

Développement

   |

PROGRAMME D’INVESTISSEMENT FORESTIER: Le budget 2015 à 3 616 083 500 FCFA

Le Comité de pilotage du Programme d’investissement forestier (PIF) a tenu sa première session le 19 juin 2015 à Ouagadougou. Cinq points étaient inscrits à l’ordre du jour. Parmi ces cinq points, on note l’examen du plan de travail et le budget annuel 2015 qui se chiffre à 3 616 083 500 FCFA.

Trois milliards six cent seize millions quatre vingt trois mille cinq cent (3 616 083 500) FCFA ! C’est le budget annuel 2015 du Programme d’investissement forestier (PIF). Il a été adopté le 19 juin 2015 à Ouagadougou, à la faveur de la première session du Comité de pilotage. L’année 2015 marque le démarrage effectif des activités du PIF lancé le 10 octobre 2014. Pour l’année 2015, les actions sont reparties dans trois composantes, à savoir le renforcement de la gouvernance et préparation à la REDD+, l’ aménagement et la gestion participative des forêts classées et des espaces boisés communaux et la coordination, gestion et partage des informations. La signature des protocoles avec les structures techniques du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable pour la réalisation d’activités spécifiques, l’octroi de dix bourses d’étude, L’élaboration de la stratégie de communication assortie d’un plan de communication sont entre autres les actions menées dans la composante 1. Au titre la composante 2, plusieurs actions seront entreprises. On note à ce niveau entre autres, le renforcement des capacités de gestion des terres des communautés, le renforcement des capacités opérationnelles des acteurs. Quant à la composante 3, elle permettra de mettre en œuvre plusieurs activités dont celle de la valorisation des enseignements. Comme résultats, le comité compte aménager 12 forêts sur 284 000 hectares.

PIF2

9 234 500 hectares des terres de production dégradée

L’ouverture de 2 187 km de pistes dans les forets classées, la réalisation de 3510 km de pare-feu, la délimitation de 40 km de piste de transhumance sont égerment entres autres les résultats escomptés. Le Burkina fait parti des huit pays au monde qui bénéficient de ce programme. Au nombre de ces pays, on note les grand forestier tels que le Brésil. Au Burkina, a indiqué Youssouf Ouattara, président du Comité de pilotage du PIF, le programme est mis en œuvre à travers deux projets complémentaires. Il s’agit du projet de gestion participative des forêts classées (PGFC) pour la REDD+ et celui de la gestion décentralisée des forets et des espaces boisés (PGDFEB). Le premier, Projet de gestion participative des forêts classées (PGFC), porté par la Banque Africaine de développement (BAD) intervient dans douze forêts classées d’une superficie totale 284 000 hectares dans quatre régions. Il s’agit du Centre- ouest, de l’Est, du Sud Ouest et la Boucle du Mouhoun. Le second projet, la gestion décentralisée des forets et des espaces boisés (PGDFEB), cofinancé par la Banque mondiale et l’Union européenne, couvre 32 communes. A noter que l’objectif du programme est d’aider le Burkina à réduire la déforestation et la dégradation des forêts afin de renforcer sa capacité de séquestration de Carbonne en diminuant les pressions sur les écosystèmes forestiers. Le Burkina est caractérisé, a expliqué Issouf Ouattara, par un processus de dégradation accélérée des terres, au rythme de l’extension des activités agro-pastorales. « A titre indicatif, 9 234 500 hectares des terres de production soit, 34% du territoire sont dégradée pour cause anthropiques (agriculture, élevage, tenures, bois, énergie) et climatique, avec une progression de la dégradation des terre estimée chaque année à 350 000 hectares », a-t-il conclu.

Moubarack KABORE
ecodufaso.com

Légende
1- Au présidium, de la droite à gauche, le point focal du PIF, Samuel yéyé, et le Président, Issouf Ouattara et le Coordonnateur, Ibrahim Lankoandé
2- Les membres du comité sont issus des autres ministères

ENCADRE

LA REPARTITION PAR COMPOSANTE
Composante I : 878 484 500 FCFA
Composante II : 1 653 251 000 FCFA
Composante III : 1 084 348 000 FCFALE BUDGET 2015 FINANCERA ESSENTIELLEMENT LES CATEGORIES D’ACTIVITES SUIVANTES
Assistance technique (ATI) : 133 750 000 FCFA
Les acquisitions (matériel roulant, mobilier de bureau, matériels informatiques, logiciels,…) : 893 492 000 FCFA
Les études : 898 827 500 FCFA
Le fonctionnement : 574 815 000 FCFA
Les formations : 333 400 000 FCFA
Les protocoles : 414 230 000 FCFA
Les travaux (infrastructures, délimitation, ouverture de pistes, pare-feux,…) : 367 569 000
Sources : document de presse
Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles