Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Programmation budgétaire et Economique : Le Législatif burkinabè adopte le document 2020-2022 jugé « réaliste »

Le ministre Lassané Kaboré face aux élus

Quel est l’aperçu des prévisions budgétaire et économique pour les trois prochaines années ? C’est ce qui ressort dans le Document de programmation Budgétaire et Economique (DPBE) adopté en Conseil des Ministres le 29 mai dernier et présenté à l’Assemblée Nationale le 20 juin.

Sur la base d’hypothèses liées au plan international le Document affiche qu’à propos du cours de l’or, du zinc, du coton fibre, etc, et au plan national, sur la production céréalière, l’or, le zinc, un maintien du prix du coton au producteur à 265 F CFA le kilogramme, les recettes budgétaires, seraient de 2 161,29 milliards de F CFA en 2020,  2 294,28 milliards de F CFA en 2021 et 2 496,10 milliards de F CFA en 2022, soit un accroissement annuel de 7,5%. Entre 2019 et 2020, ce taux est estimé à 10,6%.

Toutefois, les ressources extérieures se chiffreraient à 243,52 milliards de F CFA en 2020, 205,02 milliards de F CFA en 2021 et 2022. Les ressources propres se situeraient à 1 917, 78 milliards de F CFA en 2020,  2 089,26 milliards de F CFA en 2021 et 2 291,08 milliards de F CFA en 2022. En prévision, ces ressources propres enregistreraient une augmentation de 13,01% entre 2019 et 2020 contre une progression moyenne de 9,3% en 2020-2022. Les recettes fiscales, elles, passeraient de 1 707, 08 milliards de F CFA en 2020 à 1 877,9 milliards de F CFA en 2021 et 2 064,16 milliards de F CFA en 2022.

Quant aux dépenses budgétaires totales, elles s’établiraient à 2 446, 43 milliards de F CFA en 2020; 2 600,86 milliards de F CFA en 2021 et 2 821,78 milliards de F CFA en 2022, soit un taux annuel moyen de progression de 7,4%. Les dépenses courantes sur la période s’élèveraient respectivement à 1 683,94 milliards de F CFA; 1 733,09 milliards de F CFA et 1 808 milliards de F CFA avec un accroissement annuel de 3,7% en dépenses de personnel.

La masse salariale représenterait par ailleurs 34,9% des dépenses totales et 43,6% des recettes propres. Comparée aux recettes fiscales, elle se situerait à 48,7% en moyenne sur la période 2020-2022 pour une norme communautaire de 35,0% maximum.
Les investissements sur ressources propres sont évalués à 461 milliards de F CFA, 566,28 milliards de F CFA et 690 milliards de F CFA respectivement en 2020, 2021 et 2022. Le déficit budgétaire s’établirait à 285,14 milliards de F CFA en 2020 ; 306,58 milliards de F CFA en 2021 et 325,69 milliards de F CFA en 2022.

Selon le ministre Kaboré, ce document a été bâti suivant trois scénarii : l’optimiste, le pessimiste et le scénario de base qui tient compte, d’une part, des ambitions affichées du Gouvernement en matière de développement économique et social et, d’autre part, des possibilités réelles en matière de mobilisation des ressources et d’absorption des crédits budgétaires par les ministères et institutions. Et c’est ce dernier scénario qui a été retenu pour l’élaboration du projet de loi de finances, exercice 2020 car il prend en compte le contexte macroéconomique et offre une prévision réaliste de recouvrement de recettes en phase avec les capacités réelles des régies.

Après les évènements des 30 et 31 octobre 2014, l’économie burkinabè fait face à de nombreux défis sécuritaires et sociaux. Le pays a revu le taux de croissance à 6% en 2019 contre les projections de 6,20% antérieurement annoncées.

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles