Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Produits burkinabè : Tendre vers la certification pour plus de compétitivité

Ces dernières semaines, le marché burkinabè est inondé de produits alimentaires à l’origine douteuse et dont la consommation peut être potentiellement nocive pour les populations. La certification est donc une nécessité pour une meilleure protection du consommateur. Conscient de cette urgence, le conseil des ministres du 30 novembre 2016 a adopté un décret portant fixation des conditions d’utilisation de la marque nationale de conformité des produits, des procédés et services aux normes. Depuis le 08 décembre, l’Agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité (ABNORM) organise une série d’ateliers de validation des projets de règlements techniques particuliers de certification pour une bonne opérationnalisation de ce décret.

 

 

L’adoption du décret permet de fixer les conditions de délivrance de la marque nationale de conformité aux normes afin de lancer les activités de certification, conformément au règlement communautaire N°03/2010/CM/UEMOA du 21 juin 2010 portant schéma d’harmonisation des activités d’accréditation, de certification, de normalisation et de métrologie dans l’UEMOA. La certification produits est une procédure qui permet d’attester qu’un produit qui a été testé répond bien aux exigences en matière de qualité, de sécurité, de fiabilité et de performance définies dans le référentiel de certification.

On distingue classiquement deux types complémentaires de certification : la certification de produits et la certification d’entreprise (appelée également certification de systèmes d’assurance qualité ou encore certification ISO 9000). Ce type de certification est une démarche managériale basée sur la démonstration de la fiabilité de l’organisation de l’entreprise. Dans l’environnement incertain actuel doublé de la cupidité de certains commerçants, les consommateurs s’intéressent de plus en plus aux produits certifiés ou labélisés. Au Burkina Faso, les normes de certification sont élaborées autant par les groupements professionnels de fabricants et de producteurs, les entreprises clientes, que par les services techniques de l’Etat et les mouvements de défense des consommateurs. Sur les produits, la certification est matérialisée par l’insigne « NBF » frappé d’une étoile. Après le décret du 30 novembre, l’ABNORM s’active pour l’élaboration et la validation de règlements techniques particuliers de certification. Les différents ateliers permettront de se pencher respectivement sur les catégories « oléagineux », « fruits et légumes », « produits animaux », « céréales et légumineuses ». L’ABNORM a déjà élaboré plus de 300 normes dans différents domaines allant des cyclomoteurs, aux produits forestiers non ligneux, en passant par le miel, l’environnement,.. Elle bénéficie de financements de l’Union Européenne, de la BAD et de bien d’autres institutions pour mener ses études.

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles