Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Présidentielle 2015 : Du nécessaire recadrage de notre politique aéroportuaire

Présidentielle 2015 : Du nécessaire recadrage de notre politique aéroportuaire

Point de vue

La ligne du développement du Burkina Faso passe par le redimensionnement du projet de l’aéroport de Donsin en aéroport national et la réalisation d’un aéroport international dans la zone de Bobo-Dioulasso (capitale économique).

En tant que natif de l’Ouest du Burkina Faso, je sais que c’est délicat de faire une telle proposition que d’aucuns qualifieront de régionaliste. Mais dois-je, par crainte d’être traité de régionaliste, me taire sur les vrais problèmes de développement de mon pays surtout en ces moments propices où les candidats aux élections présidentielles et législatives manquent d’idées pour séduire leur électorat.

Je n’ai rien contre la délocalisation de l’aéroport de Ouagadougou vers Donsin pour des raisons de sécurité. Mais en faire un aéroport international est une constipation voire une confiscation du développement de ce pays. En effet, il suffit de faire un tour à l’aéroport de Bobo Dioulasso pour vous rendre compte du piteux état dans lequel cet aéroport chèrement acquis est plongé. La cause principale on la connait. Le titre de capitale économique conféré à Bobo Dioulasso n’existe que sur le papier mais pas dans les faits et dans les prises de décisions. Sinon comment comprendre que malgré que des études aient révélé la non viabilité du projet d’aéroport international s’il est réalisé à Ouagadougou, on s’entête à réaliser ce gigantesque projet pour plomber les ailes de notre développement.

Prenons l’exemple du Maroc où l’aéroport de Casablanca est un moteur du développement de ce pays et qui permet aux compagnies nationales de desservir les villes marocaines. Supposons qu’un nouvel aéroport international voit le jour dans la zone de Bobo Dioulasso. Cela aura pour conséquence d’une part d’améliorer la desserte du Burkina Faso par de nombreuses compagnies comme cela a été illustré par des études et d’autre part contribuerait à donner de la clientèle aux compagnies nationales de transport aérien, terrestre et même le train pour la desserte de la capitale politique Ouagadougou et les autres villes de l’intérieur. Les effets induits sur tous les secteurs de l’économie permettront à Bobo Dioulasso de se relancer.

Quand la capitale économique se portera mieux c’est tout le Burkina Faso qui récoltera les dividendes. Tant que nous allons ranger les vrais résultats des études de faisabilité et de rentabilité de nos projets de développement pour les implanter au gré des sentiments et des desiderata de certains individus le Burkina Faso ne décollera jamais.

Tenez quelques exemples : l’approvisionnement sécurisant des principales villes du Burkina en eau potable ne pourra se faire qu’en aménageant des grands barrages dans la zone à forte pluviométrie et à faire des installations convenables pour assurer la desserte des grandes villes. Les centrales solaires doivent être installées dans le Sahel burkinabè. Chaque localité mérite le projet où elle détient un avantage comparatif. C’est la loi du développement des nations.

sidikison@gmail.com
lefaso.net

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles