Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Première revue 2017 des projets et programmes sous tutelle du MINEFID

Première revue 2017 des projets et programmes sous tutelle du MINEFID : 84% de taux d’exécution physique contre un taux d’exécution financière de 80%
Le ministère de l’Economie, des Finances et du développement a tenu sa première revue des projets et programmes de développement, dans la matinée du vendredi, 21 avril 2017, à Ouagadougou sous le thème: «Mise en œuvre du PNDES: enjeux et défis pour les projets et programmes sous tutelle technique du MINEFID». Au total, ce sont onze projets et programmes qui sont en cours d’exécution. Il ressort déjà des taux d’exécution physique et financier respectifs de 84,74% et 80, 35. Des recommandations sont attendues de cette rencontre en vue de booster les performances des projets.
«Mise en œuvre du PNDES: enjeux et défis pour les projets et programmes sous tutelle technique du MINEFID». C’est sur ce thème que se sont ouverts, dans la salle de conférence du ministère de l’Economie, des Finances et du développement (MINEFID), les travaux de la première revue 2017 des projets et programmes sous tutelle technique dudit ministère. Ce sont, au total, 11 projets et programmes en exécution dont 5 projets de catégories A, 2 projets de catégorie B et 4 projets de catégorie C. Pour le Secrétaire général du MINEFID, Dr Seglaro Abel SOME, il s’agit d’une opportunité offerte aux acteurs pour identifier les contraintes de mise en œuvre de ces projets et programmes et de proposer des solutions appropriées. «Les échanges sur ce thème devraient nous permettre de dégager l’importance des projets et programmes comme outils d’opérationnalisation de nos politiques publiques, ainsi que les défis qui se présentent à nous dans le cadre de la mise en œuvre du PNDES», a-t-il laissé entendre.
A l’ouverture des travaux, il a indiqué que cette revue de projets et programmes s’inscrit dans une démarche de bonne gouvernance, de redevabilité et de synergie d’actions. Institué en 2007, a expliqué, d’emblée, Dr Somé, ce cadre de concertation avec les acteurs de la mise en œuvre des projets et programmes a permis non seulement d’aplanir les difficultés récurrentes dans le pilotage des projets et programmes, mais aussi de mutualiser les bonnes pratiques en matière de gestion et de gouvernance. Selon le Secrétaire général, au titre de l’année 2016, les taux d’exécution physique et financière moyens de l’ensemble des 11 projets et programmes sous tutelle du MINEFID ont été respectivement de 84,74% et 80, 35%. «L’on peut saluer ces bonnes performances d’ensemble et c’est pourquoi, je veux traduire ici la reconnaissance des autorités aux présidents et membres des comités de pilotage, aux coordonnateurs et à leurs équipes pour le travail accompli», a dit Dr Séglaro Abel Somé qui souligne que ces résultats ont affiché un bon niveau de conformité à la réglementation générale relative aux projets et programmes de développement. Toutefois, a-t-il relevé, au regard des fortes attentes des populations, il importe que nous adoptions une posture plus ambitieuse en aspirant à des taux d’exécution physique et financière tendant vers les 100%.
Un taux d’absorption de ressources de plus de 92%
Selon le Directeur général des études et des statistiques sectorielles du ministère de l’Economie, des Finances et du développement, Souleymane Nabolé, la réglementation des projets et programmes au Burkina Faso prévoit que chaque sectoriel puisse tenir deux revues annuelles. Ces cadres d’échanges sont offerts aux différents projets et programmes pour partager les bonnes pratiques et, naturellement, formuler des recommandations pour une meilleure mise en œuvre de ces programmes et projets. De son avis, en termes de bilan, les résultats sont fort appréciables pour l’ensemble des projets du ministère. «Le niveau d’absorption des ressources est de plus de 92%», a-t-il confié. En effet, les dépenses se chiffrent à 6 459 836 817 F CFA, soit un taux d’exécution financière de 80,30% contre 81,80 en 2015, soit une régression de 1,45 point. Cependant, au regard des défi liés à la mise en œuvre du PNDES, il y a une forte attente des populations, quant à l’amélioration de leurs conditions de vie. C’est pourquoi des recommandations fortes devront sortir de cette rencontre en vue de booster davantage les performances de ces projets et programmes pour le bonheur des populations.
MINEFID

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles