Connecte-toi avec nous

Portraits

   |

Portrait Joséphine Zongo : La mécanique plus qu’une passion, un défi

Aujourd’hui encore les femmes partout dans le monde se battent pour l’équité et l’égalité du genre dans tous les secteurs d’activités. Elle, a su relevé ce défi dans son entourage et vise maintenant le plan national et même international. Elle, c’est Joséphine Zongo, l’une des premières femmes au Burkina Faso, à manier la mécanique auto deux roues. Tour d’horizon sur un parcours plein d’engagement de combativité et de dynamisme.

Joséphine Zongo avait été promise à un homme âgé de 60 ans avant de suivre sa formation au CFIAM. Toute chose qu’elle a refusée vigoureusement. C’est pourquoi lorsqu’elle a terminé cette formation, elle a commencé à travailler dans les petits garages sur le bord des routes, ce qui ne faisait pas l’unanimité au sein de sa famille qui avait contribué financièrement à sa formation. Sa famille en effet pensait qu’elle travaillerait dans une grande usine et non sur le bord de la route.

Parlant de ses débuts lors d’une rencontre sur le genre organisée à l’occasion de la journée internationale du 8 mars 2015, elle raconte qu’il n’est pas facile d’attirer la confiance des clients lorsque l’on est une femme mécanicienne parlant de ses débuts. Ces derniers ne croyaient pas en ses compétences parce qu’elle était une femme à en croire Mme Zongo. Ils n’avaient pas confiance qu’une pouvait réparer une moto aussi bien qu’un homme pouvait le faire. Cependant cette ségrégation au lieu de la décourager était pourtant devenue une source de motivation pour Mme Zongo. Elle s’est battue et a continué son chemin. Elle s’est acharnée à montrer aux autres qu’elle-même pouvait réussir à réparer au-delà des motos, des véhicules quatre roues au même titre qu’un homme. Elle a fait preuve de beaucoup de courage et de tactiques pour attirer la confiance des clients qu’elle a su fidéliser au fil des temps.

Aujourd’hui son entreprise « Garage Féminin Dieu Béni » fonctionne bien et est prospère à en croire la promotrice. Elle forme à son tour d’autres jeunes filles désireuse d’emprunter son dessein et aussi des hommes à travers l’Association des mécaniciennes du Faso (AMF) où elle travaille avec des femmes peu scolarisées provenant de secteurs pauvres de Ouagadougou afin de promouvoir leur accès à des professions non traditionnelles. Sa famille a accepté son métier selon ses dires. Joséphine est mariée et mère de famille épanouie. Elle participe pleinement à la gestion de la famille aussi bien que son époux a-t-elle confié. Elle rapporte aussi que ses enfants qu’elle encadre les soirs après le boulot font de bons résultats scolaires et figurent parmi les 5 premiers de la classe à chaque fin d’année. Aujourd’hui Joséphine Zongo est une fierté. Elle est un exemple pour les jeunes filles éprises de succès. Mais ses ambitions ne s’arrêtent pas là puisqu’elle veut agrandir son garage et persévérer pour être connue au niveau international et pourquoi pas un jour réparer les avions a-t-elle laissé entendre avec humour.

En tous cas ce dont l’on peut être sûr c’est qu’elle sur la bonne voie si Joséphine Zongo garde toujours ses deux qualités qui l’inspirent : le courage et la combativité.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso .com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles