Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Pôles de croissance : En faire de puissants piliers économiques

La première session du Comité national de pilotage des pôles de croissances (CNPPC) s’est tenue le 03 juin 2016 à Ouagadougou. Il s’agissait pour les participants de réfléchir sur les voies et moyens qui permettront de faire des pôles de croissance de véritables piliers de développement de l’économie nationale. « Pôles de croissance : une approche de développement intégré pour accélérer la transformation structurelle de l’économie nationale ». C’est autour de ce thème que la session s’est déroulée. Les participants ont eu droit à la présentation de l’approche pôles de croissance et de compétitivité, à la présentation de l’état de mise en œuvre des pôles de croissance, à l’examen et à l’adoption du document de cadrage pour la préparation des agropoles du Sourou et de Samendeni. La théorie de pôle de croissance ou de développement est considérée comme le processus privilégié du développement régional. Le principe des pôles de croissance se réfère à la théorie des avantages comparatifs de Ricardo. Chaque pays (ou chaque région) gagne à se spécialiser dans la production où il possède un avantage relatif c’est-à-dire là où il est le meilleur ou le moins mauvais.
La stratégie des pôles de croissance peut avoir des effets vertueux si elle est organisée de manière à permettre la valorisation des potentialités locales. Au Burkina Faso, la dynamique est déjà enclenchée avec le pôle de croissance de Bagré, du Sahel. Selon Martial Wilfried Bassolé, coordonnateur du secrétariat technique du CNPPC, à Bagré par exemple, le volume de production céréalière et horticole est passé de 17 089 tonnes en 2012 à 74 389 tonnes en 2014 grâce à la maîtrise de l’eau et des techniques de production. Le pôle de croissance le plus avancé est celui de Bagré. L’agropôle de Bagré est entré en vigueur le 1er novembre 2011. Pôle pilote s’il en est, Bagrépôle affiche un capital d’un milliard, un coût total de 160 milliards sur 2013- 2017, 30 000 nouveaux emplois directs à l’échéance 2017.

Après Bagré d’autres idées de pôles de croissance ont été encouragées. Il s’agit pour les pôles économiques des agropôles du Sourou et de Samandéni, du pôle de croissance du Sahel et du pôle touristique de l’Est. Pour les zones économiques spéciales, il existe une zone à Bobo Dioulasso et une autre à Ouagadougou. Et pour les grappes d’entreprises on compte la grappe huilerie de Bobo Dioulasso, et celle sur le tourisme et l’hôtellerie de Ouagadougou. A l’échelle du pays, chaque région est déjà catégorisée en fonction de ses potentialités locale : Boucle du Mouhoun (Dédougou) : Céréales et Agrobusiness ; Cascades (Banfora) : Sucre, Médecine naturelle, Fruits et Légumes, Oléagineux, Ecotourisme ; Centre (Ouagadougou) : Show- biz et Cinéma, Elevage périurbain et Produits laitiers, services internationaux, pharmaceutiques et produits naturels ; Centre- Est (Tenkodogo) : Tomate, Agrobusiness et Ecotourisme ; Sahel (Dori) : Gomme arabique, Elevage, Ecotourisme, Mine.

Si chaque région a des potentialités, il faut cependant avoir présent à l’esprit que le pôle de croissance n’est pas forcement lié aux aspects administratifs ou régionaux. Un pôle de croissance peut couvrir plusieurs communes ou plusieurs régions. Bagré couvre par exemple une partie de la région du Centre-sud. L’option c’est donc de faire en sorte que les pôles de croissance aient des effets cohérents. C’est-à-dire qu’ils puissent se servir mutuellement en termes de relations de consommation. Le pôle de Bagré qui a une bonne capacité de production de riz peut par exemple approvisionner celui du Sahel où il y a des compagnies minières qui en ont besoin pour peu que ce riz réponde à leurs normes de qualité. C’est dire que les retombés d’un pôle doivent être pour toute l’économie nationale.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles