Connecte-toi avec nous

Développement

   |

PNDES : une conférence Internationale sur la mise en œuvre

Le Burkina Faso organise du 09 au 10 juillet 2018, une conférence internationale sur la mise en œuvre de son Plan National de Développement Economique et Social (PNDES). Dans la dynamique d’expliquer les enjeux d’une telle rencontre le gouvernement burkinabè a rencontré les journalistes autour d’une conférence de presse le 19 juin 2018 à Ouagadougou.

 

Le Burkina Faso a adopté en juillet 2016, son référentiel de développement économique et social, le PNDES. Deux ans après son adoption, le gouvernement entrevoit un devoir de redevabilité d’où l’organisation de la conférence internationale sur la mise en œuvre du PNDES. Il s’agit dans cet exercice de faire le bilan à mi-parcours de sa mise en œuvre, tirer les enseignements et aussi améliorer la mobilisation des ressources au niveau des secteurs agrosylvo pastorales. La conférence vise également à susciter l’intérêt de la diaspora et des investisseurs étrangers ainsi que la promotion de deux programmes réussis à savoir le Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) et le Programme d’Appui pour le Développement de l’Economie Locale (PADEL).

Par rapport à l’organisation concrète de cette importante rencontre, Madame la ministre en charge de l’Economie, Hadizatou Rosine Coulibaly/Sory, deux cent cinquante (250) participants sont attendus. Notamment de représentants d’institutions, de fonds souverains, des Société d’Etats, des Centres de Recherche, etc. Elle sera ponctuée de tables rondes, d’ateliers de réflexion. La rencontre servira aussi de cadre pour la mise à disposition de documents stratégiques sur le niveau de mise en œuvre du PNDES. Ces dits documents portent sur la situation de mobilisation des fonds, les reformes en cours ainsi que le climat des affaires au Burkina Faso.

 

Le Burkina Faso dispose d’un gros potentiel animalier

A cette rencontre les secteurs sylvopastorales seront à l’honneur. A ce propos et pour ce qui est du sous-secteur élevage, le ministre des Ressources animales et Halieutiques, Soummanougou KOUTOU,  a expliqué que le Burkina Faso dispose d’un gros potentiel. Le pays est une zone tampon entre les pays éleveurs et ceux consommateurs (les côtiers). C’est le deuxième secteur producteur du Burkina Faso après l’agriculture, en matière d’exportation de produit animaliers le Burkina occupe le troisième rang régional. Tout ceci est encadré par un code d’investissement assez solvable et bientôt une politique qui tend à moderniser le secteur.

La conférence de presse a aussi servi de cadre de quelques chiffres en guise de bilan de la mise en œuvre du PNDES entre Janvier 2016 à Avril 2018. Au titre des promesses des PTF, il ressort que le Burkina a effectivement pu sécuriser 5 054 milliards de F CFA, soit 61 % des promesses des partenaires et 91% des besoins de financement initialement exprimés. Au plan de la mobilisation des ressources propres, l’Etat burkinabè a mobilisé à ce jour 3 141 milliards de FCFA, soit 87% des prévisions. C’est au niveau de la mobilisation des ressources extérieures privées que les indicateurs sont loin d’être satisfaisants.  Le taux s’élève à 0,5%, soit 24,91 milliards pour les PPP, a confié Madame Hadizatou Rosine Coulibaly. Cette contre-performance est due, entre autres, à l’incompatibilité des offres des acteurs du secteur privé avec la vision et les orientations financières a résumé Madame le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement.

 

L’organisation pratique de la conférence s’élève à 140 millions de FCFA, financier au 4/5ième par les Partenaires Techniques et Financiers. Le gouvernement burkinabè compte mobiliser 28 millions de FCFA. Pour la bonne tenue de cette conférence, un dispositif de supervision a été mise en place. Il s’agit d’un Comité de Supervision, présidé par le Premier Ministre du Burkina Paul Kaba Thiéba.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

 

 

 

 

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles