Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Plateforme de téléprocédures « eSINTAX » : Coris Bank International « meilleure élève »

La Direction Générale des Impôts (DGI) a organisé le jeudi 13 septembre 2018 une table ronde avec les contribuables burkinabè à Ouagadougou.  Objectif, obtenir le retour des utilisateurs de la plateforme « eSINTAX ».

La plateforme « eSINTAX » a été lancée le 12 avril 2018. Elle offre aux contribuables burkinabè, la possibilité de déclarer et de payer leurs impôts et taxes en ligne.

La table ronde a servi de cadre pour présenter en intégralité et en détails la plateforme. Le Directeur Général des Impôts, Adama Badolo a expliqué que l’objet de la rencontre est de permettre aux utilisateurs de eSINTAX de dire quels sont les avantages d’utilisation de la plateforme. Elle a permis de sensibiliser ceux qui ne l’utilisent pas encore grâce au partage d’expériences. Il a ajouté qu’au jour d’aujourd’hui plus de 400 contribuables sont enregistrés sur la plateforme avec environs plus de 3000 requêtes enregistrées.

Vue de quelques utilisateurs  

Vue de quelques utilisateurs

Coris Bank International, meilleure élève

Unanimement, les entreprises utilisatrices n’ont pas tari d’éloges à l’endroit de la plateforme. Si certains comme RMO ont apprécié le gain de temps ainsi que la fluidité de la plateforme, Coris Bank International, la Brakina Sodibo, Orange Burkina, la CGECI ainsi que le Cabinet Pierre Abadié, ont donné une note positive quant à la rationalisation des démarches fiscales ainsi que la diminution des lettres de relance.

Coris Bank International a été félicité en tant que meilleur élève pour avoir été le premier contribuable a effectué un epayment à hauteur de plus d’un milliard de FCFA. La banque a adopté la télédéclaration ainsi que le E-paiement dès la mise en service de la plateforme a confié Monsieur Compaoré, fiscaliste de la banque.

En outre, il demeure cependant des attentes particulières. Notamment le flou à propos de l’adhésion de toutes les 14 banques du Burkina pour le E-paiement, le problème de la double validation des ordres de virement au sein des entreprises, la prise en compte de la réglementation portant jour férié.

Afin de mieux répondre aux questions en matière fiscale, Monsieur Adama Badolo a saisi le cadre pour informer de la tenue d’assises nationales sur le système fiscal burkinabè en novembre prochain à Ouagadougou.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles