Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Période chaude : Eviter le gaspillage d’eau

Au mois de mars, les Burkinabè entreront dans la période chaude qui durera jusqu’en juin. C’est la période des délestages électriques et des difficultés d’approvisionnement en eau potables. Cette situation entraine un ralentissement de l’activité économique. Dans certains quartiers, les habitants sont obligés de veiller de longues nuits dans l’attente du précieux liquide. Cette année, l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) annonce un certain nombre de mesures.

Pour l’année 2016, le déficit en matière d’approvisionnement en eau de la ville de Ouagadougou s’établit à environ 29 000 M3/j en temps normal et à 47 000 m3/j en période chaude. Du fait de cette situation, une vaingtaine de quartiers situés à la périphérie de la capitale connaitront des ruptures dans l’alimentation en eau. Selon l’ONEA, ces zones subissent ces désagréments en raison de leur situation en hauteur ou en bout de réseau ; du fait de « l’extension incontrôlée de la ville ». A l’échelle du pays, 17 villes sur les 55 desservies par l’ONEA rencontrent des difficultés d’approvisionnement. Il s’agit notamment des centres de Gaoua, Tenkodogo, Ouahigouya, Koupéla, Pouytenga, Boulsa, Niangoloko, Zabré, Djibo, Boussé, Gourcy, Arbinda, Manga, Sapouy, Bogandé, Kongoussi et Fada. Face à cette situation, l’ONEA annonce de grandes mésures pour atténuer les souffrances des populations. A Ouagadogou, l’ONEA a déjà augmenté du volume d’eau à produire de la station de Paspanga. Ce volume passe de 48 000m3/J à 57 000m3/J. 41 anciens forages réhabilités pourront aussi apporté un supplément de 7 000 m3/j. Grâce à ces interventions, le déficit sera réduit d’environ 35%. La mise en œuvre, courant 2017, de la phase 2 du barrage de Ziga fait aussi partie des solutions. Cette phase devrait permettre d’accroître la capacité de production de 164 000 à 344 000m3/j soit un peu plus du double de la capacité actuelle et de satisfaire ainsi les besoins en eau de Ouagadougou et de ses environs jusqu’en 2030. L’ONEA annonce aussi l’organisation d’une desserte alternée pour s’assurer de l’équilibre de la desserte sur l’ensemble de la ville, le déploiement de 18 équipes de dépannage travaillant 24h/24,… Pour les 17 autres villes, l’office de l’eau envisage dans l’immédiat mettre en service 24 forages pour renforcer sa capacité de production, créer un centre de production à Bagré pour la ville de Tenkodogo, alimenter Ouahigouya, Koupéla, Pouytenga, Boulsa, Guibo à partir des barrages de Guitty, Sanghin et de Sè. L’ONEA en appelle aussi aux bons réflexes des citoyens pour une gestion rationnelle des ressources en eau.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles