Connecte-toi avec nous

Tic & Telecoms

   |

Partenariat pour un gouvernement ouvert: Le Burkina réaffirme son option pour l’Open Data

Du 7 au 9 décembre, Paris a accueillit le quatrième sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) ou Open Government Partnership (OGP). Ce fut l’occasion pour le Burkina Faso d’adhérer à cette initiative. Ce faisant, le pays s’engage à rendre davantage accessibles ses données afin de permettre au public d’en faire une plus grande utilisation.

 
A l’heure où les aspirations à la transparence de l’action publique sont de plus en plus fortes, et où la crise démocratique ne cesse de s’aggraver, il est nécessaire de travailler à l’émergence de nouveaux modes de participation et de vigilance citoyennes.
Lancée en septembre 2011 par huit pays fondateurs (Brésil, Indonésie, Mexique, Norvège, Philippines, Afrique du Sud, Royaume-Uni et États-Unis), l’Open Government Partnership est une initiative multilatérale qui compte aujourd’hui 70 pays membres, ainsi que des ONG et représentants de la société civile. Le Partenariat s’attache, au niveau international, à promouvoir la transparence de l’action publique et la gouvernance ouverte, à renforcer l’intégrité publique et combattre la corruption, et à exploiter les nouvelles technologies et le numérique pour renforcer la gouvernance publique, promouvoir l’innovation et stimuler le progrès.

Lieu de partage de bonnes pratiques, le PGO offre une plateforme pour mettre en relation, développer et stimuler la communauté des réformateurs de l’Etat à travers le monde. Au niveau national, il contribue dans chaque pays membre à nourrir le dialogue entre l’Etat et la société civile, grâce à l’élaboration de plans d’action nationaux qui visent à faire progresser la transparence, la participation citoyenne et la modernisation de l’action publique.

Pour devenir membre, le Burkina Faso a dû satisfaire à un certain nombre de critères correspondant aux valeurs de transparence budgétaire et fiscale : mise à disposition du public et mise à jour régulière des documents fondamentaux relatifs à la dépense publique, accès à l’information, divulgation du revenu et des avoirs des élus et responsables publics, participation et engagement des citoyens dans l’action publique,… Le Burkina Faso devra à présent élaborer son plan d’action pour faire progresser la transparence, la co-construction et la modernisation de l’action publique.

Depuis 2014, le Burkina Faso est engagé dans l’ouverture des données à travers le Burkina open data initiative. Le maitre d’œuvre de cette initiative est l’Agence nationale de promotion des technologies de l’information et des télécommunications (ANPTIC).L’open data encourage la mise à disposition des données non sensibles produites par les administrations, le privé et la société civile sur une même plateforme. Y contribuent le backbone national, le point d’atterrissement virtuel, le cloud privé de l’administration ou G-Cloud… Cette dernière plateforme constitue un outil précieux dans la formation continue et le renforcement des capacités des agents de l’Etat.
En rejoignant le Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), le Burkina Faso réaffirme son engagement à mettre les technologies au service du développement.

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles