Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Orabank finance la reprise de Golden Tulip

La banque Orabank et des promoteurs privés ont mobilisé une ligne de crédit de 11 milliards de f CFA (18,5 millions d’euros), dont 5 milliards par Orabank et 6 milliards par des privés, pour la reprise du complexe hôtelier Silmandé de Ouagadougou. Golden Tulip a été cooptée pour driver les opérations.

Le complexe hôtelier Silmandé est remis en selle. Golden Tulip mène l’offensive. En décrochant l’exclusivité du mandat de gestion de l’infrastructure hôtelière Silmandé, remise à neuf, suite aux inondations de septembre 2009, le Burkina Faso devient ainsi la première porte du groupe Louvre Hôtel en Afrique francophone subsaharienne. Une option sérieuse prise par les dirigeants du groupe qui placent désormais leur stratégie de développement sur le marché africain francophone en pleine croissance. Après plusieurs mois de discussions fructueuses entre les partenaires (banque et promoteurs privés), le business plan a été validé et mis à exécution.

Le groupe Orabank, dont le siège est implanté à Lomé (Togo), et les promoteurs privés ont pu lever avec succès et en temps requis les fonds nécessaires, respectivement de l’ordre de 5 milliards et 6 milliards f CFA. Cette ligne de crédit co-financé par le groupe Orabank et des promoteurs privés ont permis la réouverture du complexe Golden Tulip Silmandé, opérationnel début octobre 2014. Golden Tulip, une des marques de la multinationale française haut de gamme, Louvre Hôtel, a reçu mandat de gestion de l’établissement hôtelier au Burkina Faso en y opérant hors greenfield.

Les dirigeants ont misé sur le Français Gérard Bouchereau pour driver l’établissement du fait de son expérience et expertise pointue, renseigne une note de la firme, parvenue en primeur aux Afriques. L’objectif visé d’ici à fin 2015 est d’atteindre 60-80% du taux de remplissage. Car, selon la vision du groupe, l’expérience tirée du modèle de Golden Tulip Silmandé au Burkina Faso devra être dupliquée sur d’autres marchés potentiels à explorer les prochaines années au sud du Sahara francophone (Bénin, Togo, Mali, Niger).

PAR ISMAEL AIDARA, RÉDACTEUR EN CHEF
lesafriques.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.