Connecte-toi avec nous

Tic & Telecoms

   |

Open Data : Levier de développement

L’open data, ou donnée ouverte, phénomène rendu possible par la société numérique, fait son petit bonhomme de chemin en Afrique. Le concept désigne les données ouvertes, c’est à dire librement accessibles et librement réutilisables. C’est la matière première de la société numérique d’aujourd’hui et de demain. Le but est de mettre à la disposition de tous, sans restriction, les données publiques sur le transport, la cartographie, les statistiques, la géographie, la sociologie, l’environnement, etc. Sous l’impulsion de la Banque Africaine de Développement (BAD) avec le projet « Autoroute de l’information », l’Afrique rejoint le mouvement Open Data avec l’ouverture des données des ministères, des banques centrales, des bureaux nationaux, des statistiques, etc. issues des 54 pays du continent. Les enjeux sont divers et variés. L’enjeu est éducatif et culturel quand l’accès à la donnée permet un accès au savoir et l’acquisition de connaissances, ainsi en est-il notamment des MOOC, c’est à dire les cours en ligne ouvert et massif ou de masse, L’enjeu est politique et citoyen, quand il s’agit de transparence des données publiques pour permettre à tout citoyen d’évaluer les politiques publiques par le biais du datajournalisame. L’enjeu est aussi économique. La veille informative sur les données permet de maintenir un niveau d’information à jour et de faire de la prospective. Une entreprise avec une offre obsolète est déjà morte.

En juin 2014, avec l’appui de la Banque Mondiale, le Burkina Faso s’est doté d’un système de données gouvernementales ouvertes disponible sur cette adresse : http://data.gov.bf . La plateforme diffuse des données produites par les administrations, le privé ou la société civile. Ce système a été lancé à l’issue du forum national des données ouvertes qui s’est tenu du 5 au 6 juin dernier à Ouagadougou et qui a permis au Burkina Faso de devenir le premier pays d’Afrique subsaharienne francophone à expérimenter un tel dispositif. La CENI et l’ANPTIC ont quasiment utilisé le même dispositif pour permettre aux citoyens de suivre la publication des résultats de l’élection présidentielle à temps réel en se connectant simplement sur : http://www.burkina2015.bf . Pour beaucoup d’analystes, cette démarche a permis de contribuer à la transparence du scrutin. L’open data est donc au cœur des enjeux de développement et le défi doit être relevé par les différents acteurs.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles