Connecte-toi avec nous

Développement

   |

ONEA : Des innovations pour améliorer l’accès à l’eau potable

Le 24 juin dernier, Hamado Ouédraogo, DG de l’office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) et ses collaborateurs étaient face à la presse. Au menu des échanges, le bilan de l’année 2014 et les perspectives avec en prime des innovations pour un meilleur service de la clientèle.

Au 31 décembre 2014, l’ONEA évaluait la capacité de production à 78 528 m3 contre une prévision de 64 863 m 3. Le taux de réalisation est donc de 121%. Le taux de desserte en eau potable se situait à 88% en 2014 en milieu urbain. L’assainissement, lui, affichait un taux de 32% toujours en milieu urbain. En termes de bilan financier, l’ONEA annonce un chiffre d’affaires de 35 milliards de F CFA réalisé en 2014.

Les différentes actions ont été entreprises dans le cadre du plan stratégique de l’ONEA dont l’ambition est de faire de l’ONEA « une entreprise de référence dans le secteur de l’approvisionnement en eau potable et assainissement en Afrique, engagée dans l’innovation au service du client ». Cette vision n’a pas empêché la survenue de problèmes en 2014 et 2015.

En effet, pendant la période chaude de février à juin, l’entreprise a eu du mal à desservir convenablement ses clients des différentes villes du Burkina Faso avec des difficultés particulières à Ouagadougou, Ziniaré, Loumbila, Pabré, Pouytenga, Koupela, Ouahigouya, Boussé, Boulsa, Djibo. L’ONEA pointe du doigt la croissance démographique, la forte demande en eau ainsi que la forte canicule. Il faut donc des mesures structurelles pour résoudre les problèmes d’eau. Pour la capitale Ouagadougou, l’ONEA entend s’attaquer à la question par la réhabilitation de forages existants et la réalisation de nouveaux forages. Mais il faut attendre l’horizon 2017 pour espérer une réduction significative du déficit en eau.

Cela se fera à travers la phase II du projet Ziga qui consiste à réaliser un ensemble d’infrastructures de production et de distribution d’eau potable pour la ville de Ouagadougou jusqu’en 2030. Selon le DG, ce projet viendra « doubler la capacité de production et étendre le réseau » au profit de la capitale burkinabè. Aux dires des responsables de l’ONEA, le budget des 104 milliards nécessaires pour les différentes opérations est déjà mobilisé.

Les innovations

Avant la réalisation des différentes infrastructures, l’ONEA veut offrir un service de qualité à sa clientèle. En ce sens, elle annonce plusieurs innovations. Il s’agit notamment de la création de centres d’appels pour la gestion des réclamations, de la création de terminaux spécifiques permettant de relever l’indexe sans que ce ne soit une obligation pour les agents de l’ONEA d’avoir physiquement accès au compteur, de la poursuite et de la modernisation des paiements électroniques des factures,…

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles